vendredi 4 décembre 2020

Le souffleur de nuages ♥♥♥♥♥ Nadine Monfils

 Le souffleur de nuages ♥♥♥♥♥        Nadine Monfils















Fleuve éditions
Parution : 24 septembre 2020
Pages : 180
Isbn : 9782265155046
Prix : 15.60 €

Présentation de l'éditeur

Franck, chauffeur de taxi, est triste parce que son chat est mort, que sa vie est monotone et qu’il est seul. Un jour, il reçoit l’appel de Hélène, une vieille dame fantasque, qui l’attend avec sa valise devant sa maison, dont elle laisse la porte grande ouverte, « comme ça, tout le monde pourra entrer et se servir...» Elle n’a pas l’intention de revenir mais souhaite retrouver enfin le grand amour de sa vie.
Franck et Helène vont alors se lancer dans une aventure pleine de surprises et devenir l’un pour l’autre des souffleurs de nuages. Car il n’y a pas d’âge pour poursuivre ses rêves et
les rencontres inattendues peuvent parfois ensoleiller notre existence...

Nadine Monfils















Nadine Monfils est belge. Elle est l'auteur d'une cinquantaine de romans, dont les polars à succès Monsieur Émile et Une petite douceur meurtrière, parus dans la collection « Série noire » de Gallimard. Également cinéaste, elle a réalisé Madame Édouard, dans lequel elle met en scène le commissaire Léon, héros de sa série policière, incarné par Michel Blanc. Elle a publié chez Belfond Babylone Dream (2007), prix Polar au salon Polar & Co de Cognac, Nickel Blues (2008), prix des Lycéens de Bourgogne (décerné par 3 000 élèves alors que ce livre n'était pas dans la liste des ouvrages proposés !), Tequila frappée (2009), Coco givrée (2010), prix de la Ville de Limoges, Les Vacances d'un serial killer (2011), grand succès de librairie, La Petite Fêlée aux allumettes (2012), La vieille qui voulait tuer le bon Dieu (2013) et Mémé goes to Hollywood (2014). Après avoir été introuvables durant des années, Les Enquêtes du Commissaire Léon sont à nouveau publiées par Belfond depuis 2012.

Elle a reçu le Prix St Maur en poche ( Gérard Collard) pour l’ensemble de son œuvre. Son écriture explore des univers étranges qu’elle décline également dans les arts plastiques ( photos).

Gros succès de librairie avec « Les vacances d’un serial killer » vendu à plus de 250.000 ex , où est né le personnage récurrent de mémé Cornemuse, une vieille bique fan d’Annie Cordy et amoureuse de JCVD…

Elle a créé un nouveau personnage « Elvis Cadillac » ( le sosie pourri d’Elvis Presley, un belge de Charleroi) aux éditions du Fleuve Noir. Sorti en mars 2016. Unanimement encensé par la presse belge et française. Suivi de « Ice cream et châtiments » et du « Rocker en pantoufles » .

Son magnifique "Le rêve d'un fou" nous la présente dans une autre facette.

Mon avis

Franck est célibataire, chauffeur de taxi.  Il n'est pas en forme aujourd'hui car son chat "Mariano" est mort, c'est tout ce qui lui restait de sa grand-mère.  Il est triste et n'a pas le moral.

Hélène, une vieille dame rousse peu conventionnelle le contacte pour une course, au final elle voudra garder son taxi pour la journée...  Elle est vraiment étrange car en quittant son domicile, Franck lui fait remarquer qu'elle a laissé la porte ouverte.  Pas grave, lui répond-elle, c'est pour qu'on se serve.  

Elle veut se rendre à Enghien-les-Bains, la cité de son enfance.  Ensuite ce sera Senlis, la ville de son "véritable amour".

Dans le taxi, petit à petit, ils se parlent.  Franck se livre, homosexuel, seul suite à un chagrin d'amour, n'a plus jamais voulu s'ouvrir à d'autres. C'est triste lui dit Hélène qui lui raconte qu'elle est à la recherche de celui qu'elle n'a jamais oublié ... , un amour idéalisé ? Rêvé ? Elle veut savoir et le retrouver.

Petit à petit ces deux là vont se livrer, se découvrir, c'est une histoire d'amitié intense, c'est rempli d'humanité, de douceur, d'empathie.

C'est du Nadine Monfils comme je l'aime, rempli de tendresse, de belles réflexions sur la vie, sur les relations humaines.  Un livre qui fait du bien.  À découvrir au plus vite pour oublier  ces temps moroses.

Ma note : 9.5 10

Les jolies phrases

Deviens un souffleur de nuages et n'oublie jamais que la vie peut être belle.  Mais il faut savoir la regarder.

Nous naissons en pleurant, pensait-il, mais si nous partons en souriant, c'est que notre vie aura eu un sens.

Vous voyez cet arbre ? dit-elle .  Il a les pieds sur terre et la tête dans les étoiles.

Le but d'une vie n'est pas d'atteindre ses rêves, mais de les dépasser.  Vous manquez de folie, mon cher.

Que vivre c'est ne jamais capituler.  Et vieillir c'est être résigné et ne plus avoir de projets.

Le taxi est un livre ouvert, une sorte de confessionnal où certains confient des secrets qu'ils ne dévoilent à personne, parce qu'il est plus facile de parler à un étranger qu'on ne reverra en principe jamais, qu'à un ami ou à un membre de la famille.

On ne peut pas être vraiment heureux quand on est seul.  Le plus dur n'est pas de partager nos chagrins, mais de ne plus pouvoir partager nos moments de bonheur.

Vivre, c'est prendre le risque de mourir à chaque instant. Alors autant vivre à fond.

Semer un petit bonheur par jour fait de nous des jardiniers du coeur.

Parce que la vie est un grand théâtre où nous sommes tour à tour des acteurs et spectateurs.  Mais qui écrit la pièce ?

C'est dans le désespoir ou dans l'errance qu'on trouve la lumière.

L'indifférence et le fatalisme sont les fauteuils de la bonne conscience.

Les histoires d'amour sont les seules choses qui vaillent une vie sur terre.  Renoncer à ses désirs profonds, c'est renoncer à ce que l'on est.  Ne cessez jamais de rêver ! L'éclat du rêve ouvre un coffre à jouets.  Et vous y trouverez l'or des alchimistes, l'insouciance.

Certains voyageurs traversent leur vie sans jamais regarder par la fenêtre.  D'autres observent ce qui se passe et cherchent à savoir pourquoi il y a des nuages dans le ciel qui assombrissent leur trajet. 

Aimer, pensa-t-il, c'est se créer des images que l'on finit souvent par déchirer plus tard, parce qu'elles pâlissent avec le temps.  Mais certaines sont épinglées à jamais dans notre mémoire.

De la même auteur j'ai lu

Cliquez sur la couverture pour accéder à ma chronique







mercredi 2 décembre 2020

Bilan lecture de novembre

Bilan lecture de novembre 


Coucou les lecteurs, voici l'heure du bilan de novembre.  Joli bilan mensuel je pense et challenge Goodreads réussi avec un mois d'avance.  Plus de 100 livres lus depuis le début de l'année.


Bilan en images :


Puisque j'aime lire des auteurs de mon pays et que nous sommes en période de promotion de la littérature belge avec #lisezvouslebelge, une Nadine Monfils comme je l'adore 




Une belle découverte grâce aux éditions "Le passage" que je remercie, envie de vous plonger au soleil , lisez ce magnifique roman.



Du belge encore, j'adore cette plume, c'est ma découverte 2020.  Entre poésie et slam , ça claque ♥




Un magnifique et dense roman graphique qui nous parle du cinéma des années 30 et 40 et des acteurs de couleur




Oh la joie de retrouver Zidrou en hommage à Franquin  , première partie très réussie  ♥




Restons en Belgique à Bruxelles en 1943.  Du bonheur de retrouver cette belle ligne claire.




Dans un registre différent , retrouver la plume de Romain Puértolas




Quelle claque ce premier roman  !  Un jeune auteur à suivre , une très jolie plume !

Très contente d'enfin lire ce deuxième volet proposé par Loisel & Pont





Un petit tour au Japon , cela faisait longtemps.




J'ai suivi les conseils de mon libraire Bd et j'ai bien fait,
 c'est magnifiquement dessiné, l'adapation de la ferme des animaux de George Orwell.





Comme toujours lorsque les articles sont publiés , il suffit de cliquer sur la couverture pour voir l'article.


Cette page est remise à jour de façon mensuelle



Belles lectures à vous.


dimanche 29 novembre 2020

Ils ont rejoint mon Himalaya à lire

 Ils ont rejoint mon Himalaya à lire


6 livres dans ma boîte aux lettres les deux dernières semaines.  

Merci à Benoît du blog "A l'ombre du noyer" qui m'a fait découvrir une très belle collection éditée chez L'orma .  J'ai eu la chance de gagner ce très beau pli  :  


Poe  La lettre volée et autres enquêtes












L'orma
Parution : novembre 2020
Pages : 128
ISBN : 9788831312219
Prix : 10 €

Présentation de l'éditeur


« Peut-être est-ce la simplicité même de la chose qui vous induit en erreur. »
Edgar Allan Poe

Trois contes d’Edgar Allan Poe sont rassemblés dans ce recueil sous le thème de la correspondance : La Lettre volée, Manuscrit trouvé dans une bou­teille et La Chute de la maison Usher. Un voyage entre raisonnement et chimères, des cours royales de Paris aux profondeurs des abysses marines en passant par un manoir hanté par de mystérieux jumeaux. À chacune des étapes, une lettre est au cœur de l’intrigue.

Précurseur du roman policier et de la science-fiction, nouvelliste fantastique hors pair, Edgar Allan Poe (1809-1849) a d’abord été reconnu par des auteurs français tels que Baudelaire et Mallarmé, qui furent ses traducteurs. Pour fêter le dixième titre de la collection, ce « Pli » se redouble : 128 pages de suspense et d’invention enveloppées dans une jaquette noire où le visage de Poe apparaît en relief, comme la fameuse lettre volée du conte éponyme, invisible car elle se trouve sous nos yeux.

Après avoir lu "Brûler brûler brûler" de Lisette Lombé, j'avais très envie de découvrir les autres titres parus chez l'Iconopop

Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse
Mathias Malzieu & Daria Nelson

















L'iconopop
Parution : 07/10/2020
Pages : 88
Isbn : 9782378801656
Prix : 12 €

Présentation de l'éditeur

« LE DÉRÈGLEMENT JOYEUX DE LA MÉTRIQUE AMOUREUSE A COMMENCÉ AU MOMENT EXACT OÙ JE T’AI VUE APPARAÎTRE TELLE UNE PANTHÈRE DES NEIGES… »

C’est l’histoire d’une fée qui enlève ses ailes avant d’aller se coucher et d’un apprenti poète qui fait la vaisselle. Cela ressemble à un rêve et pourtant tout est vrai. C’est l’histoire d’un coup de foudre, quand tout est surprise et métamorphose. Quand le corps redevient un parc d’attractions, quand le cœur se transforme en Rubik’s Cube.

Dans la même collection "Brûler brûler brûler" de Lisette Lombé est à gagner via ma page instagram juqu'au 6 décembre !!  Voici le dernier titre qui complète la collection

Des frelons dans le coeur    Suzanne Rault-Balet

















L'iconopop
Parution : 07/10/2020
Pages : 88
Isbn : 9782378801663
Prix : 12 €

Présentation de l'éditeur

« JE SUIS UNE DISTRIBUTRICE, RIEN QUE ÇA, UNE DISTRIBUTRICE D’AMOUR GRATIS »

Le corps, le désir, l’amour : quand liberté rime avec intranquillité. Les mots sans concession d’une jeune femme d’aujourd’hui pour dire nos peurs et notre besoin d’absolu.

Pour l'instant une campagne de promotion des livres belges se poursuit jusque fin décembre #lisezvouslebelge,  c'est l'occasion de vous présenter les petits derniers de mon pays.  Un auteur que j'aime beaucoup, Lorenzo Cecchi nous propose un nouveau recueil de nouvelles

La solitude des anges gardiens        Lorenzo Cecchi


















Traverse éditions
Parution : novembre 2020
Pages : 172
Isbn : 9782930783352
Prix : 17 €

Présentation de l'éditeur



Quatre récits nous plongent dans les vies ordinaires et les destins contrariés de familles italiennes habitant du côté d’Ancône ou de l’Ombrie, ou bien émigrées en Belgique.

On reconnaît d’emblée l’écrivain pour sa plume à la fois acérée et enlevée, ses mots souvent familiers, et la façon dont il manie réalité et fiction.

Lorenzo Cecchi sait raconter des histoires. C’est sûr, ses personnages ont l’air vrais, ses récits sentent le vécu.

Peintures de mœurs et de société, chroniques de pans de vie, il nous fait entrer au sein des familles, dans l’intimité des couples, dans le monde mouvant du travail.

Mais les récits sont loin d’être statiques. Ça bouge, ça vit de tous les petits drames ordinaires. Il est question d’amour, d’amitié, de jalousie, de tout ce qui agite les jours et les nuits des hommes et des femmes. On se laisse entraîner par des histoires de boulot trop envahissant, de chantiers de construction où se côtoient sans toujours se comprendre italiens et polonais, de femmes aimées désireuses d’indépendance, d’amants et de maîtresses.

Et l’on ne sait pas toujours à quel moment une certaine réalité dérape vers la pure fiction, parfois même sur un véritable polar…

Le premier récit, Felice-Jambe-de-Bois, situé après la guerre, en 1948, est particulièrement fort, où l’on voit que les fascistes (qui avaient parfois si peu conscience qu’ils l’étaient) continuaient partout une petite existence commune. « Pierino, le gentil Pierino, caro Felice, qui était-il vraiment ? Carabinier, jardinier, mais encore ? On ne connaît pas ceux qu’on côtoie. Non, on ne sait jamais… »

Si les livres de Lorenzo nous touchent tellement, c’est parce que l’auteur parvient à rendre ses personnages attachants malgré leur banalité, leur solitude désespérée, leurs faiblesses et manquements et parfois même leurs pires facettes. Car Lorenzo, on le voit, aime les gens. Nous avons déjà rendu compte, à l’occasion de ses précédents ouvrages, de sa sensibilité authentique et sincère et de son sens profond de l’humain.

Lorenzo Cecchi nous touche, il nous remue aussi un peu, par les vrais questionnements qu’il essaime mine de rien, au détour d’une phrase, sur nos destinées, sur les relations si compliquées nouées entre les gens et avec les proches.

Martine Rouhart

Une nouvelle plume à découvrir chez MaelstrÖm 

Où part l'amour                Chantal Deltenre























Maelström reEvolution
Parution : octobre 2020
Pages : 178
Isbn : 9782875053671
Prix : 15 €

Présentation de l'éditeur

Où part l’amour… Ce n’est pas une question, mais une phrase inachevée que la romancière Chantal Deltenre poursuit tout au long de ce récit, suivant pas à pas cet amour qui s’élance, hésite, revient sur ses pas, s’effondre puis repart par un autre chemin.

Tout est amour dans ce texte, à commencer par ce qui le déclenche : la poésie de quelques images partagées sur Internet. Mais une image n’est parfois rien de plus qu’une illusion, un piège, un mirage…
Du monde virtuel des réseaux sociaux à celui, bien réel, des orpailleurs en forêt amazonienne ou des réfugiés de guerre syriens, l’écrivaine nous entraîne dans un roman dont le héros est l’amour lui-même, toujours volatile et incertain.

On termine cette semaine avec un auteur de ma région, presque un voisin.

Pedro   Marcel Ghigny

















Le livre de votre région
Parution : novembre 2020
Pages : 220
Isbn : 9782931087107
Prix : 15 €

Présentation de l'éditeur



Mesdames et messieurs! L'Ultima Vida vous attend, vous tend ses porrrtes! Entrez dans notre monde enchanté. Le monde du théâtrrre et de l'imaginaire!

J'y suis entré et Clara m'a accueilli. Clara, c'est le nom de la roulotte de Pedro. Celle qui l'abrite depuis l'âge de cinq ans.

Avec eux, j'ai sillonné les routes, j'ai monté le chapiteau, j'ai démonté le chapiteau, j'ai découvert une famille improbable. Et le soir, à la lueur d'une bougie, Clara s'habillait de nuances de Pedro me racontait sa vie.

Jusqu'au drame...


Belle semaine à vous et belles lectures

Soeurs d'Ys Matthew Tobin Anderson & Jo Rioux ♥♥♥♥♥

Soeurs d'Ys      La malédiction du royaume englouti ♥♥♥♥♥

Matthew Tobin Anderson  & Jo Rioux
















Rue de Sèvres
Parution : 16 septembre 2020
Scénario : Matthew Tobin Anderson
Dessins : Jo Rioux
Pages : 224
Isbn : 9782810217403
Prix : 20 €

Présentation de l'éditeur

Ys, est une ville d’une beauté merveilleuse avec son palais et ses jardins aux milieux des mers.


Leur souveraine, Malgven, « Reine du Nord » a utilisé sa magie pour maîtriser les monstres marins et ériger de grands murs qui protègent la cité des eaux tumultueuses. Après son inexplicable mort, ses filles s’éloignent l’une de l’autre. Rozenn, l’héritière du trône, passe son temps sur les landes à communier avec les animaux sauvages, tandis que Dahut, la plus jeune, jouit des splendeurs de la vie royale et tue sans regret ses amants au petit matin. Plus leurs destinées s’opposent et plus Ys se fragilise. Les écluses ne protègent plus la cité confrontée aux assauts de la mer, quel secret cachait la Reine ? Telle l’Atlantide, Ys est-elle condamnée à sombrer dans les abysses ?

Les auteurs

Matthew Tobin Anderson














Matthew Tobin Anderson est né le 4 novembre 1968 aux Etats Unis. Après des études à l’Université de Cambridge (U.K.), il a été animateur radio, professeur universitaire avant que son premier roman ne soit édité en 1997. Depuis, il publie surtout des albums jeunesse et des romans pour jeunes adultes. Tous ces titres plaident pour une littérature de qualité à destination des jeunes adultes qu’il considère comme un public exigeant et mature. Son esprit et son sarcasme lui permettent d’être un auteur très remarqué et souvent primé. Il vit dans le Massachusetts.

Jo Rioux



















Jo (Joséphine) Rioux est une autrice et illustratrice de livres pour enfants. Diplômée du Collège Sheridan, elle illustre des livres pour la littérature jeunesse et jeune adulte, mais sa plus grande passion reste la bande dessinée. Son premier roman graphique, Chat’s Cradle, a remporté le prix Joe Shuster en 2012 – catégorie meilleure bande dessinée pour enfants. Elle illustre les romans d’Hilda, personnage de Luke Pearson et la série Sam détective. De Mary Labatt. Elle vit au Canada.


Pour la suivre : Instagram @joriouxdraws ou http://jorioux.com



Mon avis

Magnifique roman graphique qui s'inspire d'une légende bretonne.  

La reine Malgven, magicienne, épouse du roi Gradlon, roi de Kerne, avait bâti la magnifique cité d'Ys que tout le monde enviait.  Grâce à ses pouvoirs magiques, elle la protégeait des mers par des monstres marins et assurait la richesse du Royaume.

Seulement voilà, elle meurt prématurément épuisée par sa magie, laissant deux filles totalement différentes.

Rozenn l'aînée est passionnée par la nature sauvage et aime la solitude, c'est elle l'héritière du royaume.
Sa jeune soeur Dahut aime la vie à la cour, elle aime user de son pouvoir de séduction et la politique.  Comme sa mère, elle s'intéresse à la sorcellerie et à la magie.

Ces soeurs sont pourtant liées entre elles et à la cité d'Ys.  Des monstres sont toujours tapis dans l'ombre et reviendront en pleine lumière lorsque le lien entre les deux frangines se rompra de manière définitive.

Une légende illustrée de bien belle façon.  Les couleurs dans un camaieu de vert et d'orange sont juste splendides.  On ressent une atmosphère, une ambiance particulière.

Les contrastes entre lumière et obscurité, les sombres sont envoûtants, les éléments; la mer, la nature, les paysages sont à couper le souffle, on ressent le vent, les courants.  Juste superbe !

Les visages sont très expressifs. 

Cet album est un enchantement.  ♥

Une belle métaphore qui nous démontre qu'à force d'en vouloir toujours plus comme l'être humain on n'emprunte pas la meilleure voie.

Immense coup de coeur ♥♥♥♥♥

Les jolies phrases

Les gens disent que le temps s'écoule différemment quand on vieillit ... Peut-être que plus on s'éloigne de la source, plus le courant s'accélère .. jusqu'à ce qu'on rejoigne la mer.

Pour survivre, nous dévorons ceux que nous aimons. Puisqu'ils sont les plus proches de nous... 
Je vous croyais pieux ... 
Quel paradoxe !
Je vis en pleine nature le rêve des riches et des puissants :
je consomme sans m'appauvrir.


La générosité de la nature pour l'homme n'est jamais éternelle.  Les puits s'assèchent.  Les forêts disparaissent.  Les champs s'épuisent quand on les laboure trop souvent.  





mercredi 25 novembre 2020

Black-out Loo Hui Phang & Hugues Micol

 Black-out                Loo Hui Phang & Hugues Micol
















Futuropolis
Parution : 26 août 2020
Dessin : Hugues Micol
Scénario : Loo Hui Phang
Pages : 200
Isbn : 9782754828048
Prix : 28 €

Présentation de l'éditeur

Maximus Wild connut son heure de gloire dans le Hollywood des années 1940-50. Métis de descendance noire, chinoise et amérindienne, il fut « l’acteur aux mille visages », interprétant essentiellement des rôles « ethniques » : chef indien, révolutionnaire mexicain, dandy oriental…


Véritable relecture du mythe du cinéma américain par le prisme des minorités, Maximus Wyld donne à voir la dimension politique et sociale des productions hollywoodiennes

Loo Hui Phang


Loo Hui Phang est née en 1974 au Laos.
Elle a écrit des pièces de théâtre, des livres pour enfants avec Jean-Pierre Duffour, ainsi que des scénarios de courts-métrages, de dessins animés et de bandes dessinées.
2004. Elle publie Panorama avec Cédric Manche qu’elle adapte deux ans plus tard (avec David Rault) en moyen-métrage diffusé sur Arte.
2005. Parution de Prestige de l’uniforme en collaboration avec Hugues Micol, obtient le Prix littéraire de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.
2013. Elle écrit L'Art du chevalement, avec Philippe Dupuy, en co-édition avec le musée du Louvre-Lens.
2014. Elle conçoit La Ferme des animaux, installation immersive inspirée du roman de George Orwell, avec Blexbolex, au festival Pulp.
En 2016 paraissent Nuages et pluie (avec Philippe Dupuy) et L’Odeur des garçons affamés (avec Frédérik Peeters) qui obtient le Prix Landerneau 2016.
2019. Publication de son premier roman, L’Imprudence chez Actes Sud.

Hugues Micol




© Alain Bujak

Hugues Micol est né en 1969 à Paris.
Hugues Micol tient ses promesses. Repéré avec Chiquito la Muerte, un western décalé, ce talent émergeant s’est ensuite illustré en dessinant des bandes dessinées animalières, des polars déjantés, une série historique japonaise… Autant de preuves que cet artiste a une culture graphique des plus riche. En s’associant avec un autre artiste de grande culture, David B., il nous offre une nouvelle version de l’Amérique sauvage, moins connue, car situé en Terre de feu. C’est avec un western crépusculaire, Scalp, qu’il obtient le Prix international Töpffer de la ville et du canton de Genève.
Hugues Micol joue dorénavant dans la cour de grands.

Source Futuropolis

Mon avis

Hollywood - une fabrique de rêves - l'âge d'or du cinéma.

C'est la bio fictive d'un acteur métisse "Maximus Ohanzee Wildhorse".  Il est d'origine comanche, afro-américain, avec des racines mexicaines et chinoises, c'est un diamant à mille facettes.  Il peut tout jouer.  

C'est Gary Grant qui découvre cet orphelin dans une salle de boxe de Los Angeles.  Maximus va jouer tous les rôles ethniques : tibétain dans "Horizons perdus", turc dans "Le faucon Maltais", égyptien dans "La terre des pharaons", indien dans "La flèche brisée", latino dans "Vertigo", domestique noir dans "Autant en emporte le vent".

Il a les premiers rôles dans les race movies d'Oscar Michaux qui crée le cinéma pour les noirs. 

Il joue, certes mais est souvent coupé, effacé au montage ou au générique.  C'est l'Amérique qui fait son cinéma blanc pour les blancs, c'est qu'on ne se mélange pas...

Pas encore lui dit-on.  On lui laisse miroiter qu'un jour lorsque le public sera prêt, il sera un bon "Othello" alors il change de nom et devient Maximus Wild.  On le façonne à l'image d'Hollywood, on le modélise, supprime ses accents, lui fait suivre des cours de diction, de danse, d'art dramatique, du sport et lui fait subir de la chirurgie esthétique. C'est Hollywood qui crée les personnages.

Il rêve de jouer et représenter ses origines, se pose des questions mais pourquoi les indiens sont-ils toujours les méchants ?  Ce n'était pas comme ça au début, encore une fois, ce sont les blancs qui écrivent l'histoire et c'est la réalité voulue par les blancs qui l'emporte.

C'est aussi la période des lois racistes, du code Hayes, de la ségrégation et du maccarthysme.

C'est un roman graphique exigeant qui s'adresse aux érudits, aux amateurs de cinéma.  C'est extrêmement bien documenté.  Ce récit peut avoir plusieurs niveaux de lecture, mettant en avant le sort des minorités ethniques au cinéma dans les années 40-50 avant d'ouvrir enfin la porte à Sidney Poitier, Harry Belafonte et Yul Brynner.

Le dessin est noir et blanc en écho au thème du roman graphique.  J'ai beaucoup apprécié le coup de crayon de Micol, foisonnant de détails, nous représentant l'atmosphère.  Il alterne avec des pages classiques et des grands formats.  Il y a des multitudes de symboles dans chaque planche, le dessin est vraiment remarquable, superbe.

Une très belle idée cadeau pour les amateurs du genre.

Ma note : 9.5/10

Les jolies phrases

Qu'est-ce que tu aimes dans la vie ?  Les combats impossibles. La vie va te gâter.

Le cinéma est un instrument malléable, il se plie à n'importe quel dogme.

Vous n'avez pas peur que les caméras volent vos âmes? Qu'elles les volent. Nos âmes hanteront leurs films.

En fait, quand tu réunis tout ce que le code Hayes interdit : la nudité, les déviances sexuelles, l'homosexualité, la violence, l'immoralité, la vulgarité et que tu les mélanges à la Bible, ça fait un péplum.