mardi 7 décembre 2021

BRUSSELS - Ever Meulen ♥♥♥♥♥

 Brussels   -  Ever Meulen  ♥♥♥♥♥












Louis Vuitton - Travel book
Parution : 20/05/2021
Pages : 152
Ean : 978-2369832232
Prix : 45 €

Présentation de l'éditeur

Louis Vuitton publie au printemps 2021 trois nouveaux titres dans sa collection de carnets de voyage illustrés par des artistes du monde entier.
Cette année, l'illustratrice italienne Gabriella Giandelli retranscrit l'éclat australien dans des couleurs à couper le souffle ; l'artiste nigériane Otobong Nkanga tisse la toile des existences humaines, végétales et minérales d'une Shanghai tentaculaire ; et l'illustrateur belge Ever Meulen bouscule, avec minutie et sans fanfare, les clichés comme les perspectives de sa Bruxelles d'adoption






L'auteur


















copywright Flip Feyten


Né en 1946 dans un petit village des Flandres, Kuurne, il commença par dessiner les « belles automobiles américaines des années 1950 » qui le fascinait. Passionné par le dessin mais aussi par l’univers de la Bande Dessinée, il découvre une Bruxelles « fourmillante, urbaine, colorée, moderne, polyglotte » à l’âge de 12 ans et intègre la célèbre Ecole supérieure des arts en 1967 pour s’y installer définitivement. Il se fait alors appeler « Ever Meulen », sanglier et moulin en vieux flamant. A la fin de ses études, la chaîne télévision belge VRT lui décerne le prix de « meilleur cartooniste » puis intègre l’hebdomadaire flamand Humo, pour lequel il dessine toute sa vie. Il réalise les couvertures de magazines internationaux tels que The New Yorker, Vrij Nederland ou Libération et se fait rapidement un nom dans le monde du dessin.

Découvrez l’interview d’Ever Meulen en cliquant ici.




Mon avis

C'est un bel hommage à Bruxelles que nous propose Ever Meulen né à Kuurne, un petit village de 
Flandre en 1946.  Eddy Vermeulen de son vrai nom est dessinateur, il a travaillé de nombreuses années pour la télé flamande VRT et le magazine Humo.

Son oeuvre graphique a été récompensée par le prix Henry Van de Velde. 

Dans "Automotiv" en 2013 il nous parle de sa passion pour l'automobile.

Dans ce très beau livre de la collection Vuitton Travel, il nous promène dans Bruxelles en compagnie d'héros belges ; Magritte, Hergé, Brel, Arno, Jacky Ickx .. et il sillonne la ville, de jolis dessins mettant en avant l'architecture, l'insolite.

On découvre la place Flagey et son clin d'oeil au cirque Bouglione, La Cambre, la Villa Empain au Sud de Bruxelles, le viaduc d'Ixelles. A l'ouest, Anderlecht, St Guidon, Koeckelberg.  Au centre l'incontournable Grand Place, Brel sur la Place de la Vieille Halle au blé, le jardin Botanique, la Porte de Namur, Victor Horta, Bozar, les Marolles...

Un très beau voyage graphique avec des crayonnés, des couleurs magnifiques.

Une excellente idée de cadeau de Noël.

Un coup de  ♥







dimanche 5 décembre 2021

Neige sur Liège Dumont-Dupuis

Neige sur Liège             -    Dumont/Dupuis
















Weyrich
Noir Corbeau
Parution : 04/10/21
Pages : 248
Isbn : 9782874896552
Prix : 18 €


Présentation de l'éditeur

Une disparition inquiétante, un appel au secours. Il n’en faut pas plus pour que Roger Staquet et Paul Ben Mimoun reprennent du service. Après Une mort pas très catholique, le vieux flic retraité et le jeune inspecteur sillonnent la région liégeoise à la recherche d’Honorine, réfugiée sans papiers qui s’est volatilisée… un soir d’été. Pas de flocons dans le ciel de la ville, mais une autre neige, addictive, illégale, pour laquelle on n’hésite pas à tuer. Une énigme difficile que nos amis auront beaucoup de mal à résoudre.



Agnès Dumont





Agnès Dumont est licenciée en philologie romane, elle enseigne la littérature à de futures bibliothécaires. C'est une romaniste passionnée. Elle a participé à de nombreux ateliers d'écriture.
Elle aime sa ville : Liège. Son art de prédilection est la nouvelle.

Elle a au départ participé à divers concours et remporté de nombreux prix.

Il y a eu une belle rencontre avec Quadrature à Louvain-La-Neuve, c'est LA maison d'éditions incontournable du genre nouvelle.

Elle y publie en 2008 un premier recueil : "Demain, je franchis la frontière"

Une montagne de prix dont Le grand prix du polar 1997 de la RTBF pour "Une bonne mère

Le second : "J'ai fait mieux depuis " est paru en 2011 et a reçu le Prix Georges GARNIR

Le thème abordé est la quête de reconnaissance de personnes mal aimées.

En 2013, toujours chez Quadrature est sorti "Mola Mola"


"A qui se fier" est paru en 2018


Patrick Dupuis




Patrick Dupuis est né à Etterbeek, le 5 décembre 1950. Il est marié et père de deux enfants. Il habite à Louvain-la-Neuve.Licencié en philologie romane, en politique économique et sociale, il a été titulaire de la classe d'accueil et enseigne l'histoire aux classes supérieures, jusqu'à sa retraite en 2007.Nouvelliste, il est passé de l'autre côté du mur et participe à l'aventure de Quadrature, une maison d'éditions qu'il a fondée avec quelques amis. Quadrature publie, à compte d'éditeur, cinq recueils de nouvelles par an.

Patrick Dupuis est passionné par la nouvelle, à la fois comme lecteur, comme éditeur (chez Quadrature) et comme auteur. Quatres recueils de nouvelles chez Luce Wilquin



Source Objectif plumes




Mon avis

Contente de retrouver le duo de choc de "Une mort pas très catholique", l'aventure continue pour le duo Dumont-Dupuis qui nous font vivre une nouvelle enquête du tandem Paul Ben Minoun - jeune flic - et son comparse Roger Staquet - policier retraité.

On retrouve avec plaisir la belle et jeune journaliste Clarisse.  Elle mène un combat engagé en aide aux sans-papierS.  Elle contacte Paul et Roger car elle est inquiète. Son amie Honorine a disparu, ce n'est pas son genre, elle craint qu'elle soit en danger.  Ce qui est le cas car elle est bien malgré elle témoin de la mort de son cousin Léon NKoulou, dégagé, assassiné froidement par des trafiquants dans les bois dans les Ardennes.

Honorine a pris la fuite, détentrice de preuves compromettantes, on est sans nouvelles de sa part, sa vie est en danger.

C'est à Liège que se déroulera l'intrigue, l'occasion de découvrir la ville, ses lieux, sa gastronomie et son folklore.

C'est super bien agencé, au programme : suspense, amour, humour, trafiquants, poursuites, un scénario qui tient la route.

Il y a du rythme, les pages tournent très vite, on a envie de savoir.  J'ai pris beaucoup de plaisir à la lecture.

C'est aussi l'occasion de mettre en avant la collection "Noir Corbeau" de la très dynamique maison d'éditions Weyrich.

Lisez-vous le belge ?  C'est le moment !

Ma note : 9/10

Les jolies phrases

Elle était longue, la liste des causes qui pouvaient transformer un être banal en monstre.


Clarisse avait beau prétendre qu'elles étaient proches toutes les deux, des amies, il ne pouvait se défendre d'un sentiment de doute à ce sujet.  Des amies ?  Quand l'une habitait un quartier branché de Liège et l'autre une rue pourrie dans le fond de Seraing ?  Quand l'une avait fini ses études de journalisme et l'autre ...? 

L'école aussi pouvait tomber dans les pièges de la discrimination et jusqu'où un jeune raciste éconduit par une jolie condisciple pouvait-il aller ?

Il appartenait à cette ville, en connaissait les moindres recoins et en contrepartie elle l'apaisait, lui procurait un sentiment de sécurité.  Tout le contraire de ce que devaient ressentir les réfugiés, surtout les jeunes femmes sans doute, coincées entre un pays d'origine qui niait leurs droits et un pays d'accueil qui refusait de leur donner des papiers.  

Mais les bouchons, déjà susceptibles en temps normal de transformer un moine bouddhiste en chien enragé, risquaient bien, s'ils n'agissaient pas d'une manière ou d'une autre, de les rendre fous tous les deux.  

A défaut d'appeler Paul, elle essaierait alors au moins de semer des cailloux derrière elle, même 
virtuels ; cette tactique ancestrale  avait déjà fait ses preuves dans les contes pour enfants.  Nul doute qu'elle pourrait encore être utile, même si l'ogre arborait cette fois un accent russe et des tatouages de crânes surmontant une paire de tibias entrecroisés. 

Des mêmes auteurs j'ai lu

Cliquez sur la couverture pour avoir accès à l'article










samedi 4 décembre 2021

Bruxelles un rêve capital - Schuiten/Peeters

 Bruxelles un rêve capital    -   Schuiten/Peeters














Casterman
Parution : 20/10/21
Scénario : Benoît Peeters
Dessin : François Schuiten
Pages : 128
ISBN : 9782203229778
Prix : 29 €


Présentation de l'éditeur


De Brüsel à Bruxelles… une visite inédite


Comme en réponse à l’album Brüsel, cinquième volume des mythiques Cités obscures, Schuiten et Peeters nous donnent à voir la ville sous un angle à la fois historique, architectural et onirique…
« Les âmes cachées dans les villes, comme les fleurs qui se cachent dans les prairies, sont toujours les plus jolies. Ah ! je voudrais bien voir ce qui se cache à Bruxelles… » Ces mots d’Octave Mirbeau, Benoît Peeters et François Schuiten les reprennent volontiers pour lever quelques coins du voile. Bruxelles a été bouleversée par l’histoire, à l’image d’une Belgique enfin parvenue à l’indépendance en 1830. Jamais depuis sa capitale n’a cessé d'être ouverte au monde, abritant quelques bâtiments remarquables comme l’imposant Palais de Justice, les maisons de Victor Horta ou encore les galeries royales Saint-Hubert... Dans ce beau livre en forme de promenade, Schuiten et Peeters nous invitent à (re)visiter la capitale de l’Europe, une ville aux multiples charmes qui résonne depuis toujours avec leur œuvre…




François Schuiten














© Isabelle Franciosa


François Schuiten est né à Bruxelles le 26 avril 1956, dans une famille où l’architecture tient une grande place.

Il réalise deux albums avec Claude Renard : Aux médianes de Cymbiola et Le Rail. Avec son frère Luc, il élabore le cycle des Terres creuses. Depuis 1980, il travaille avec Benoît Peeters à la série Les Cités Obscures. Ses albums ont été traduits en une quinzaine de langues et ont obtenu de nombreux prix. Il a réalisé de nombreuses illustrations, affiches et timbres-poste partout en Europe.

François Schuiten a également conçu les stations de métro « Arts et Métiers » à Paris et « Porte de Hal » à Bruxelles, et scénographié divers spectacles d’opéra et de danse. Il a participé à la conception des films Taxandria, Les Quarxs, Mr Nobody et Mars et Avril. Il a conçu des pavillons pour plusieurs expositions universelles : le pavillon du Luxembourg à Séville en 1992, le parc thématique des utopies à Hanovre en 2000 – qui a accueilli cinq millions de visiteurs –, et le pavillon belge à l'Exposition mondiale de Aïchi (Japon) en 2005.

En 2002, il a obtenu le grand prix d’Angoulême pour l’ensemble de son œuvre.

Il a publié son premier livre en solo, La Douce, en 2012 et a conçu un musée du train, le Train World, qui a ouvert ses portes à Bruxelles en 2015.

Benoît Peeters














Photo Arnaud Février © Flammarion


Benoît Peeters est né à Paris en 1956. Son premier roman, Omnibus, est paru aux éditions de Minuit en 1976. Depuis lors, Benoît Peeters a multiplié les travaux dans les domaines du scénario, de la critique, de l’édition et de la conception d’expositions.
Une longue complicité avec le dessinateur François Schuiten lui a permis de construire avec lui le cycle des Cités obscures. Quinze albums sont parus à ce jour ; ils ont obtenu de nombreux prix et ont été traduits dans une quinzaine de langues. Passionné par le récit sous toutes ses formes, Benoît Peeters a collaboré avec d’autres dessinateurs (comme Aurélia Aurita et Frédéric Boilet), une photographe (Marie-Françoise Plissart) et le cinéaste Raoul Ruiz.
Spécialiste d’Hergé, il a publié trois ouvrages qui sont devenus des classiques : Le Monde d’Hergé, Hergé fils de Tintin et Lire Tintin, les bijoux ravis. Théoricien et critique aux intérêts éclectiques, il est l’auteur de nombreux essais sur la bande dessinée, le scénario et l’écriture en collaboration, mais aussi sur Paul Valéry, Raoul Ruiz, Jirô Taniguchi et Chris Ware. Il a publié aux éditions Flammarion la première biographie du philosophe Jacques Derrida, et tout récemment Sándor Ferenczi, l’enfant terrible de la psychanalyse.






Mon avis

C'est un livre magnifique que je vous propose de découvrir.  Il plaira aux amoureux de Bruxelles, d'histoire, d'art et aux esthètes. Schuiten et Peeters nous proposent un joli voyage à travers le temps et la création des édifices principaux de la ville.

Ce sont des enfants de Bruxelles qui aiment leur ville, la parcourent, la dessinent, la racontent avec brio.

Tout commence à la fin du 17ème, la ville a été bombardée, détruite, subsiste une petite statuette "Manneken Pis" créée en 1620 et la tour de l'hôtel de ville, c'est là que commence notre voyage dans la capitale.

Découvrons avec des anecdotes, des textes historiques et littéraires - ceux de Victor Hugo, Octave Mirbeau, Théophile Gautier, Camille Lemonnier, Paul Otlet pour n'en citer que quelques uns -  et bien entendu les magnifiques dessins la transformation architecturale de la ville.

On va vivre la construction des Galeries Royales Saint Hubert - les plus anciennes couvertes d'Europe - l'enfouissement de la Senne, la construction des grands boulevards de style parisien - Adolphe Max, Camille Lemonnier, Anspach, Jacqmain -, la création de la bourse et du Palais des Congrès.

On découvre également les personnages importants de la capitale mais aussi l'architecture et les courants artistiques successifs. 

De la folie des grandeurs de Poelaert avec le Palais de Justice, le musée Wiertz en passant par la construction du Cinquantenaire, du Bois de la Cambre, du musée Afrique de Tervueren sous l'ère colonialiste de Léopold 2, en passant par Horta et le magnifique patrimoine art nouveau comme la maison Autrique, les magasins Waucquez en ne citant que ceux là, le palais Stoclet, la période de l'expo 58, la sauvegarde des Marolles et bien d'autres aspects de la ville comme le Mundaneum, la jonction Nord-Midi.

Le graphisme est bien entendu splendide, précis, détaillé, magnifique, on ressent la passion des auteurs et l'attachement à leur ville.

Ce très beau livre est une pépite, un objet magnifique, c'est le cadeau de Noël à offrir par excellence.

Soyez curieux, c'est belge et c'est beau. 










mercredi 1 décembre 2021

Amore - Zidrou-Merveille ♥♥♥♥♥

Amore      -   Zidrou/Merveille  ♥♥♥♥♥


 














Delcourt
Mirages
Parution : 15 septembre 21
Scénario : Zidrou
Dessins : David Merveille
Pages : 128
Isbn : 9782413011224
Prix : 19.99 €

Présentation de l'éditeur

Séduction, tentation, passion, séparation... réchauffés par le soleil de l'Italie, Zidrou et David Merveille composent une superbe symphonie amoureuse en 9 mouvements.

On ne présente plus Zidrou, il a ce pouvoir, rare, de provoquer des émotions, de remuer vos sentiments... Avec Amore, il a cousu sur mesure pour son dessinateur épris de culture italienne, une de ses plus belles oeuvres. Qu'elles finissent mal, qu'elles finissent bien, impossible de rester de marbre devant ces histoires d'amour portées par l'immense talent pictural de David Merveille.


Zidrou








Zidrou est né en 1962 à Bruxelles. D’abord instituteur, il débute sa carrière de scénariste dans les années 1990. Il écrit d’abord des chansons et des livres pour enfants chez divers éditeurs (Nathan, Casterman, Hachette). Il travaille un temps pour la revue Tremplin, avant de rejoindre le magazine Spirou où il publie son premier scénario de BD en 1991 et s’impose vite comme l’un des auteurs phares du magazine en publiant de multiples scénarios. Ses années passées dans l’enseignement lui inspirent les histoires de L’Elève Ducobu, son premier grand succès au Lombard. Auteur prolifique, il a publié de nombreuses séries pour enfants et adolescents chez Dupuis (Crannibales, Tamara, Sac à puces, Le Boss), Casterman (Scott Zombi, Margot et Oscar Pluche, Choco) mais également pour adultes au Lombard (Le Montreur d’histoires) et chez Dargaud (La Peau de l’Ours, Lydie, Folies Bergère).

Source Delcourt

David Merveille










David Merveille vit à Bruxelles. Il travaille principalement pour l’édition jeunesse, la publicité et la presse. Il enseigne également depuis 1996 à l’Institut Saint-Luc de Bruxelles.
Son univers graphique très coloré, emprunt d’insolite et de fantaisie, s’exprime dans de nombreux albums pour enfants.
Son goût pour le burlesque, l’observation et le souci du détail, l’ont poussé tout naturellement vers l’univers de Jacques Tati, auquel il a rendu hommage en 2006 en réalisant aux éditions du Rouergue « Le Jacquot de Monsieur Hulot », un livre jeunesse sans texte, petit bijou d’humour et de poésie. Ce livre grand-écran a reçu plusieurs récompenses dont le Prix Québec/Wallonie-Bruxelles 2007. En 2010, il achève un deuxième livre avec le même humour burlesque, « Hello Monsieur Hulot » et en 2015 un troisième avec « Monsieur Hulot à la plage ».
David Merveille a mis sur pied de nombreuses expositions personnelles ainsi que plusieurs expositions collectives chez Seed Factory, au centre d'Art du Rouge Cloître à Bruxelles, chez Hubert Breyne Gallery et Champaka à Paris.
Il a également réalisé les illustrations de L' intégrale des films de Tati pour Criterion (USA).

Source  : son blog 


Mon avis

Très bel album proposé par Zidrou au scénario et Merveille pour le côté graphique, le thème : l'amour.

Le dessin de Merveille est épuré, aux couleurs envoûtantes, il nous immerge dans l'Italie des années 60; cinéma, vespa, villages écrasés sous le soleil, gondoles ...  passion, on ressent instantanément les atmosphères, les ambiances.

C'est un peu comme un recueil de nouvelles, Zidrou nous promène en Italie en nous proposant des variations sur l'amour : celui que l'on vit, celui que l'on rêve, celui que l'on n'oubliera jamais, celui que l'on espère ne pas connaître, celui qui est interdit ou celui que l'on fait.

L'amour transporte, chavire ou tourne au drame.

C'est avec beaucoup de poésie et de justesse qu'il nous parle des variations du sentiment amoureux.

Très bel album à dévorer tant pour le scénario que pour le graphisme.

Ma note : 9.5/10

Les jolies phrases

J'aligne du noir sur du blanc.
Du ... ?
J'écris.  Je suis écrivain.

A 40 ans passés, Donatella n'avait de l'amour connu que celui qu'elle se donnait.

Le bonheur n'engendre pas le bonheur.  Le bonheur n'engendre que la nostalgie du bonheur.

J'ai connu l'amour, ce n'était pas le mien.

L'amour ça ne se lit pas, cela se fait.

Du même auteur j'ai lu

Fan inconditionnelle , la liste devient trop longue, je ne peux que vous inviter à retrouver tous les titres chroniquer ici 





lundi 29 novembre 2021

Caillasses - Joëlle Sambi ♥♥♥♥♥

Caillasses - Joëlle Sambi










L'arbre de Diane
Collection : les deux soeurs
Parution : septembre 2021
Pages : 120
Isbn : 9782930822198
Prix : 12 €


Présentation de l'éditeur

Caillasses, c’est un Big Bang existentiel, une poésie à la criée, un battement de cœur. Avec son premier recueil de poèmes, Joëlle Sambi tisse une étoffe. Elle assure la protection des vivant.e.s et le passage des mots. Une plume affilée, aussi profonde et pleine que la forêt équatoriale. Tel un manifeste poético-politique, elle y déploie les cicatrices d’un corps-âme mâtiné de violences raciales, sexistes et homophobes. Sa langue se pare de mille éclairs afin de partager les raisins mûrs de la colère.

Illustrations : Maïc Batmane

L'auteure























De Joëlle à Sambi.

Née le cul sur une frontière linguistique entre Bruxelles et Kinshasa, Joëlle Sambi dit, crie, écrit, crée des nouvelles, romans, slams, poèmes, documentaires, espaces radiophoniques, lieux militants. Cette liste non exhaustive des traces qu’elle arpente est un lacis de luttes-désirs-nécessités. Meuffe-nomade qui soulève, relève, enlève des strates aux cases de l’identité normative en ponçant du texte, huilant de l’image, savonnant la scène. D’avant à en avant.

De terreau post-colonial en terres d’origines, Joëlle mélange les langues, pénètre le monde dans la ferveur et la rigueur de travail. Viscères et réaction. De Je à d’Elles.

Sa voix de migrante, lesbienne, afroféministe, exilée permanente écrit non pas pour en vivre, mais pour en abuser, jusqu’à s’entendre vivre.

Colères, Fusion(s) et Créations.

Illustrations : Maïc Batmane

Source L'arbre de Diane




A écouter

Un podcast à écouter créé par Bela et Aurore Engelen





Mon avis

Difficile d'écrire sur de la poésie contemporaine, plus encore quand presque trois semaines se sont écoulées après la lecture.  Voici ce qu'il en reste !

C'est un texte fort entre poésie et slam, j'ai d'ailleurs éprouvé le besoin de l'oralité à certains moments pour entendre la langue qui claque, qui vibre, qui crie, murmure ou revendique.

Un recueil en trois parties autobiographique, très personnel me semble-t-il.  Revendicatif, exprimant la colère, les cris ou l'amour en réponse à la violence.

La première dénonce la colère, la violence des non-dits des appartenances raciales ou sexuelles, la minorité congolaise par exemple ou le rejet et l'intolérance des genres et des sexes.  Joëlle Sambi revendique sa sexualité, lesbienne féministe engagée, slameuse, elle mène par sa plume et sa voi.x.e
un combat collectif, militant dans la lignée de Black Lives Matter pour défendre le droit de l'égalité des sexe(s), des minorités non respectées par le colonialisme et le suprématisme.

La seconde partie c'est exister, trouver une place dans ce monde, vaincre encore les préjugés, arrêter de toujours subir au travail, de correspondre à une certaine vision de la société.  Elle aborde les minorités du Congo son pays d'origine, dénonce le racisme mais aussi le sort des Sans-papiers. C'est sans tabou qu'elle parle de sa sexualité et dénonce l'homophobie.

La troisième partie est plus optimiste et parle d'amour, d'acceptation.  Aimer c'est souffrir, c'est parfois une douleur immense mais l'on vit avec. J'ai particulièrement aimé "Soeur".

Une plume acérée, profonde, magnifique qui dénonce avec poésie les maux de notre société.

Il y a encore beaucoup à en dire, le mieux c'est de le découvrir.

Ma note : 9.5/10  ♥♥♥♥♥

Les jolies phrases

La question qui me taraude est : où est-on lorsqu'on n'est pas là ?

Nos existences tout entières sont des révolutions, nos vies des poings serrés, nos voix, colères orageuses, crient "non"

Nos vies, toutes nos existences de sable et de trous, se décomposent comme s'effrittent les murs des prisons.

Il ne peut être question de paix sans justice
La paix est une illusion en Belgique
La justice, une inconnue
Que dire de l'amour, alors ?

De quoi avons-nous besoin aujourd'hui?
Congolaise? Belgo-Congolaise ?  Belge d'Afrique du Nord?
Racisée vivant en Belgique ?
que ça pète; Que ça explose.
Que la rouille oxyde les chaînes du racisme,
de l'antisémitisme, du capitalisme, du sexisme, de la lesbophobie.
NOUS,
nous avons la mémoire aussi longue
que la multitude des violences sur nos corps.

Ce n'est pas mourir qui me dérange, c'est de crever
comme un chien à l'indifférence royale du monde
Même les chiens meurent en paix.
Ce n'est pas partir qui me fait peur, c'est de ne jamais
sentir sur ma peau le souffle léger du vent qui tourne
face à l'impossible

Aimer c'est plonger ses doigts dans ses propres faiblesses,
construire son malheur, volontairement.  C'est bâtir ses
contradictions comme sa potence.  Mais elle avait choisi
de l'aimer, de perdre la bataille et la guerre.

Ce n'est pas passer qui fait frémir de froid.  Ce n'est pas frémir mais l'oubli.
Mourir c'est oublier.
Ce n'est pas mourir qui est effrayant, c'est de vivre seul.
La solitude n'est pas l'absence d'amour et de cul, 
c'est l'absence des regards.