mardi 27 juillet 2021

L'été sans retour - Giuseppe Santoliquido

 L'été sans retour   -   Giuseppe Santoliquido


















Gallimard - la Blanche
Parution : 20 mai 2021
Pages : 272
ISBN : 9782072915758
Prix : 20 €



Présentation de l'éditeur


« La vie se gagne et se regagne sans cesse, à condition de se convaincre qu’un salut est toujours possible, et de se dire que rien n’advient qui ne prend racine en nous-mêmes. »

Italie, la Basilicate, été 2005. Alors que le village de Ravina est en fête, Chiara, quinze ans, se volatilise. Les villageois se lancent à sa recherche ; les jours passent, l’enquête piétine : l’adolescente est introuvable. Une horde de journalistes s’installe dans une ferme voisine, filmant le calvaire de l’entourage. Le drame de ces petites gens devient le feuilleton national.
Des années après les faits, Sandro, un proche de la disparue, revient sur ces quelques mois qui ont changé à jamais le cours de son destin.
Roman au suspense implacable, L’été sans retour est l’histoire d’une famille maudite vivant aux marges du monde, confrontée à des secrets enfouis et à la cruauté obscène du cirque médiatique.

Mon avis

C'est un roman magistral que je vous invite à découvrir au plus vite.

Bienvenue dans le village de Ravina, dans le Basilicate au Sud de l'Italie, un petit village rural où l"on est attaché à la terre et à la nature.  

Chaque année le premier dimanche de juin, c'est jour de fête "la frisella" se prépare. 

Cela devait donc être jour de fête pour les jeunes du village.  Marianna, Lucia, Chiara, Franco et Fabrizion devaient s'y retrouver ... mais Chiara une ado de 15 ans, la cousine de Lucia Serrai a disparu.

L'émotion est grande et tout le village se mobilise pour la retrouver.  Il faut savoir qu'il n'y a que 400 mètres entre le domicile de l'adolescente et celui de sa cousine.  

Commence alors une enquête mais surtout un immense déballage médiatique qui va mettre ce fait divers au coeur de toutes les chaumières italiennes.  Les médias n'hésitent pas à diffuser en direct sans scrupules des informations concernant cette affaire sans se préoccuper de malmener et c'est peu dire, de souiller la famille concernée... car c'est une famille déchirée qui va être donnée en pâture, rien ne va être respecté... les secrets de la famille Serrai vont devenir le "feuilleton de l'été".

C'est Sandro Lucano qui de retour au village quinze ans après le drame se souvient et nous raconte sa version des faits.  Lui qui après avoir été choyé, aimé par la famille Serrai qui l'avait recueilli, famille qu'il considérait comme la sienne , avait été rejeté, banni  par des hommes vivant avec des oeillères et souffrant d'intolérance.

Ce récit est porté par une plume somptueuse, lyrique.  Une écriture magnifique qui nous décrit l'attachement à la terre, la nature somptueuse véritable personnage de l'histoire, qui nous décrit une ambiance particulière.  Mais aussi une plume qui avec beaucoup de profondeur nous présente les sentiments et la noirceur de l'être humain.  L'homme est complexe, partagé entre l'amour de ses proches, sa famille et ce qu'il est possible de faire pour les sauvegarder. 

C'est un livre d'atmosphère, un peu comme un thriller où la tension grimpe au fur et à mesure que se dévoilent l'intrigue, les faits et se dessine la profondeur de l'âme des protagonistes mais aussi l'amour et le travail de la terre, son asservissement.

Un roman qui nous parle aussi d'obéissance et de soumission, de la surmédiatisation, du traitement de l'information au sensationnalisme sans respect, sans pudeur obnubilé par la course à l'audimat et de la fascination du téléspectateur avide de se repaître du malheur des autres.

C'est enfin le rejet, la solitude et l'exclusion du narrateur.

L'écriture et la construction de ce récit sont extraordinaires.  Une plume qui m'a emportée.

A découvrir absolument.

Ma note :  immense coup de coeur ♥♥♥♥♥

Les jolies phrases

Le mal, cher monsieur, ça germe n'importe où, répliqua-t-il.  C'est même ce qui pousse avec le plus de
facilité, à la ville comme à la campagne, chez les jeunes de la maison de correction comme chez les braves gens dans votre genre.  Peut-être pousse-t-il même chez vous, entre les murs de votre maison douillette. Allez savoir.


Un monde vide, un monde de rien, sans plus d'interaction ni désir, avait chassé un monde d'amour et de tendresse. 

Aucune pensée n'est jamais juste.  Totalement pure.  Au fond, nous ne sommes qu'ombres et doubles-fonds, qu'écheveaux à débrouiller.

Le vrai solitaire est celui qui vit à l'abri de toute espérance.

Votre désinvolture, à vous autres Méridionaux, disait-il, c'est votre meilleure arme pour affronter le monde.  Le secret c'est de ne jamais la perdre, cette désinvolture, ou de la retrouver quand elle a été perdue. 

La jalousie, c'est le seul vrai mal incurable.

Pendant qu'elle fulminait, la rage ôtait tout ressort à son visage et je me souviens d'avoir pensé que la solidarité dans la haine était la pire des épouvantes, car elle vous transforme une poignée d'honnêtes gens en bourreaux impitoyables.

La vie est un tribunal permanent.  Et le plus rude des procureurs, c'est notre imagination, notre capacité à affabuler, à procéder par raccourcis, par supputations.  Dieu merci l'imagination n'est pas toujours secondée par l'intelligence, sinon le malheur des hommes serait encore plus grand.

L'accusation, la plupart du temps, ce n'est rien d'autre qu'un moyen de diversion. Ça permet de nous arroger des vertus par opposition, des vertus dont la plupart du temps nous sommes dépourvus.  En salissant autrui, on pense le priver de lumière et, par ricochet, briller un peu soi même.  Le pire, c'est que cette façon de faire nous permet de nous sentir mieux !  Elle rend heureux, du moins sur le moment?  Et comme nous sommes tous, à tour de rôle, accusé et accusateur, on ne se départit jamais vraiment d'une forme de complaisance assez malsaine à l'égard de ceux qui nous blâment.  Ce qui fait la différence, au bout du compte, c'est le degré où certains portent le vice, et la limite que nous posons à notre complaisance.

La réputation est un bien précieux, fantasque, y toucher c'est prendre le risque de la perdre à jamais.

Au fond, qu'est-ce que l'humanité si elle ne s'arrime pas, ne fût-ce qu'une fois, à un acte de liberté ?

Est-ce que l'amour doit forcément déboucher sur quelque chose d'autre que de s'aimer ?

La douleur d'autrui est un aliment bien maigre, elle se digère vite fait.

La vie, au fond, se résume à une question de choix, de décisions prises et d'autres repoussées.  À chaque fois, c'est comme si le destin rebattait les cartes de nos vies avant de les redistribuer.  





vendredi 23 juillet 2021

Et l'homme créa les Dieux - Joseph Béhé

 Et l'homme créa les Dieux - Joseph Béhé












Futuropolis
Documentaire
Parution : 13/01/2021
Scénario : d'après l'essai de Pascal Boyer
Dessins : Joseph Béhé
Pages : 368
ISBN : 9782754809368
Prix : 35 €


Présentation de l'éditeur

Pourquoi existe-t-il des religions dans le monde ? Ont-elles une origine commune ? Pourquoi les gens sont-ils croyants ? Nous sommes ici face aux interrogations les plus fondamentales, les plus intemporelles et peut-être les plus cruciales pour l’avenir des hommes sur la terre.
Dans cet ouvrage novateur, Pascal Boyer apporte des réponses concrètes en s’appuyant sur des recherches en sciences du cerveau, en anthropologie en psychologie et en biologie de l’évolution. Cette approche croisée permet non seulement de comprendre enfin pourquoi la religion existe, mais aussi pourquoi la force de ces croyances peut pousser les hommes au don de soi mais aussi à l’intolérance et au fanatisme.
Bouleversé par cet essai qui a changé son regard sur les croyants, Joseph Béhé en livre une adaptation remarquable qui permet, par l’image, de rendre accessible au plus grand nombre ces questions essentielles.

Mon avis

Difficile de commenter cde roman graphique tellement il est riche et dense...  Impressionnant d'avoir mis en page et en images l'essai de Pascal Boyer.  

Chapeau à Béhé.

Vous vous êtes sans doute posé la question de savoir pourquoi nous avons besoin de croire ?  Pourquoi existe-t-il autant de religions ?  Est-ce au départ une origine commune ?  Qu'est-ce qui nous pousse à croire ?

Pascal Boyer dans son essai nous apporte des réponses concrètes en se basant sur des recherches au niveau de la science du cerveau, de l'anthropologie, de l'évolution.

Les croyances sont souvent transmises, adoptées en fonction de l'appartenance à un groupe social mais pas que. 

Chaque chapître pose une question et y apporte des pistes de réflexion. C'est très fouillé, un peu trop peut-être pour finir par se perdre..   Ce livre se lit par petites touches, à méditer, à laisser infuser, à y réfléchir.

Dommage qu'il n'y ai pas une synthèse en fin de chapître car je dois l'avouer, plus j'avançais, plus complexe ça devenait.

Les échanges et pistes de réflexion sont super intéressants. 

Voici des thèmes abordés :

- Les explications spontanées des religions
- La question des origines à travers le monde
- Qu'est ce que le surnaturel ?
- Une plongée dans les profondeurs du subconscient et des inférences
- Pourquoi des Dieux et des esprits?
- La mort et les morts ,  corps et esprit
- Doctrine : corporation et fanatisme
- Croire ou pas ?

Les jolies phrases

Eh bien c'est comme la vue : sans yeux un être humain ne peut pas voir, mais sans apprentissage de la vision, son cerveau ne lui permettra pas non plus de voir - quand bien même il possèderait un oeil en parfait état de marche.

Si tant d'êtres humains si différents se représentent de la même manière le psychisme des fantômes - bien que personne n'en parle jamais c'est parce ce que l'on trouve le même schéma conceptuel  "personne" dans le cerveau de tous les hommes.

Mais comme vous me l'aviez enseigné, avoir ce dont on a besoin, n'est pas toujours avoir ce que l'on veut.






mercredi 21 juillet 2021

Mes hamsters - Véronique Roelandt

Mes hamsters   -   Véronique Roelandt 














L'arbre à paroles

Collection if
Parution mai 2021
Pages : 58
Isbn : 9782874067068
Prix : 10 €


Présentation de l'éditeur


Mes hamsters, reçu par la Poste un jour de novembre, est un éblouissement. Il se lit comme une autobiographie – ce qu’il est – mais il en évacue le superflu pour ne se concentrer que sur quelques thèmes obsédants : le milieu d’origine, le poids de la religion, le jardin derrière la maison, mais aussi ces fameux hamsters, indissociables des souvenirs de l’auteure. Autant de thèmes qui font tourner la petite roue de la mémoire avec tout le grinçant qu’il faut. Car l’écriture de Véronique Roelandt n’est pas sage. Elle semble l’être. Mais à coups de touches mordantes et ironiques, elle tient davantage de William Cliff et de son Autobiographie que du carnet de catéchisme. « Mon dernier hamster portait un nom de dessin animé, ce qui ne l’a pas empêché de crever », peut-on lire par exemple. Chef d’œuvre de concision, ce texte a le goût d’un album de photos de famille, à ceci près qu’ici, les photos ont la voix, elles parlent ! C’est là la grande réussite du projet. En nous parlant de nous, ces photos nous émeuvent et réactivent la roue de nos propres souvenirs.


Véronique Roelandt


Véronique Roelandt, née en 1971, elle passe son enfance et son adolescence dans un petit village du Brabant wallon, qu’elle désertera pour la capitale. Rêvant souvent de ne pas devoir parler, elle apprécie le silence de l’écriture, ce lieu où elle se sent le plus elle-même. Elle estime sa famille et ses amis plus que tout, mais aime aussi les animaux dont elle ne doit pas s’occuper. Sur ce plan, les mésanges du jardin lui procurent entière satisfaction. Mes hamsters est son premier livre.

Mon avis

C'est un premier livre.  C'est de la poésie. 

La langue est belle, imagée, universelle.

C'est un parcours de vie, de la naissance à la mort d'un proche.  Des souvenirs d'enfance qui m'ont fait sourire et rendue un peu nostalgique car on y retrouve clairement une époque.

Véronique Roelandt nous parle de la vie d'avant, des grands-parents qui se sont mariés très jeunes vivant dans les corons.  De la mort du grand-père, de celle de Cloclo à la télé.

Les souvenirs d'enfance, la tente dans le jardin, les hamsters successifs qui y finissaient aussi dans le jardin.

Oh oui, je me souviens des transferts que l'on trouvait dans les "OK Magazine" ou "Podium", qu'il fallait mettre à chaud sur un t-shirt avec le fer à repasser.

La nostalgie du couinement de la balançoire et de celle de la roue des hamsters. 

Le temps qui passe, les photos de classe, souvenirs de vacances, d'adolescence, le rayon livres du supermarché, les albums photos, la chorale, les secrets de famille.

Une belle écriture, un très beau moment poétique, nostalgique.  J'ai beaucoup aimé.




dimanche 18 juillet 2021

Prix Filigranes 2021

Prix Filigranes 2021









Merci à Marc Filipson de me donner la chance de vivre l'expérience de juré pour le prix Filigranes 2021.

Filigranes c'est la plus grande librairie au sol de Bruxelles, une superficie de 2600 m2 de plein pied Avenue des Arts. Présente depuis plus de 30 ans , très dynamique, ouverte 7 jours sur 7. C'est une institution en Belgique qui n'est plus à présenter.


Des références énormes dans tous les domaines, une librairie organisée en divers espaces spécialisés :
presse, CD et DVD, littérature, vins, vie pratique, café, sciences humaines, loisirs créatifs, beaux-arts, voyage, jeunesse, bande dessinée, librairie internationale. Depuis la crise du Covid elle est aussi devenue le plus gros catalogue en ligne . Filigranes c'est aussi un coin café, une terrasse et des food trucks, un espace pour flâner, découvrir et écouter des auteurs en dédicace.


Et depuis 2016 c'est aussi un prix décerné par un jury de lecteurs récompensant un roman francophone.


Les précédents lauréats

2016 : Adelaïde de Clermont-Tonnerre, Le dernier des nôtres, Grasset
2017 : Thomas Gunzig, La vie sauvage, Au diable vauvert
2018 : Adeline Dieudonné, La vraie vie, L’Iconoclaste
2019 : Philippe Hayat, Où bat le cœur du monde, Calmann-Lévy
Prix d’honneur : Jean-Claude Grumberg, La plus précieuse des marchandises, Seuil
2020 : Fabrice Humbert avec Le monde n’existe pas (Gallimard)
Prix d’honneur : Oscar Lalo, La race des orphelins, Belfond


Qui sera le lauréat cette année ?


Voici la première sélection par ordre alphabétique :


Le premier exil - Santiago H. Amigorena













P.O.L.
Parution : le 19 aôut 2021
Pages : 336
Isbn : 9782818053591
Prix : 20 €


Présentation de l'éditeur



– Pourquoi tu écris ?
– Parce que je ne parle pas.
– Ce n’est pas vrai.
– C’est pour ça aussi que j’écris, parce que ce n’est pas vrai.
En Uruguay, à la fin des années 1960 et au début des années 1970, j’ai appris à donner à mon silence la forme qu’il a aujourd’hui : une forme littéraire. C’étaient des années de fièvre et de sang, celles où les pires dictatures que l’Amérique latine ait connues se mettaient en place.
Cette terre, je l’ai perdue, comme j’ai perdu ma langue maternelle.
Ce qui demeure, ce à quoi voudraient rendre hommage ces pages, c’est à cette autre patrie qui nous appartient à tous parce qu’elle ne sera jamais à personne – l’enfance.


Bélhazar - Jérôme Chantreau










Phébus
Parution : 19 août 2021
Pages : 320
Isbn : 9782752912374
Prix : 19 €


Présentation de l'éditeur

Février 2013 : Bélhazar, un jeune homme sans histoire, décède lors d’un contrôle de police. Accident ? Bavure ? Suicide, comme l’avance le rapport officiel ? L’affaire en reste là. Passée sous silence, elle tombe dans l’oubli. Jusqu’à ce que Jérôme Chantreau décide de mener l’enquête. Professeur de français et de latin, il avait eu pour élève le jeune Bélhazar. L’auteur se plonge dans le passé, interroge les souvenirs. Mais se heurte à la malédiction qui semble entourer ce drame. Que s’est-il vraimentpassé ce soir d’hiver ? Et par-dessus tout, qui était Bélhazar ? Adolescent hypnotique ? Artiste précoce ? Dandy poète laissant derrière lui un jeu de piste digne d’Alice au pays des merveilles ? Jérôme Chantreau écrit contre l’oubli, et pour la vérité. Le crime est-il vraiment là où l’on croit ? Les faits sont réels, mais ils ne disent pas le vrai. Pour comprendre enfin, l’histoire de Bélhazar exige une mise à nu totale : celle de l’auteur. Son engagement inconditionnel emporte le lecteur dans un labyrinthe d’indices et d’émotions.


Seule en sa demeure  -  Cécile Coulon




















L'iconoclaste
Parution : 19 août 2021
Pages : 336
Isbn : 9782378802400
Prix : 19 €


Présentation de l'éditeur

Au XIXe siècle, Aimée, 18 ans, épouse Candre Marchère et s'installe au domaine de la Forêt d'Or. Très vite, elle se heurte au silence du riche propriétaire terrien du Jura et à la toute puissance de sa servante, Henria. Elle cherche sa place dans cette demeure hantée par le fantôme d'Aleth, la première épouse. Jusqu'au jour où Emeline, venue donner des cours de flûte, fait éclater ce monde clos.

 Jacky    -    Geneviève Damas  




















Gallimard
La Blanche
Parution : 1/04/21
Pages : 160
Isbn : 9782072924569
Prix : 14.50 €

Présentation de l'éditeur

Ibrahim Bentaieb, jeune Belge d’origine marocaine, fiché S, doit réaliser un mémoire de fin de lycée sur un sujet de société. Mais il est en décrochage scolaire et décide de jeter l’éponge, quitte à redoubler. Cependant son professeur veut à tout prix qu’il s’en sorte : « Choisis un sujet qui t’intéresse, peu importe ce que ce sera. » Ibrahim décide alors de consacrer son travail à Jacky, rencontré quelques mois plus tôt lors d’un atelier interécoles ; il venait de Beth-Yaldout, un lycée juif des quartiers chics de Bruxelles.
Geneviève Damas réunit ici avec justesse et émotion deux mondes en apparence irréconciliables.

La riposte  -   Jean-François Hardy





















Plon
Parution : 26 août 2021
Pages : 208
Isbn : 9782259306942
Prix : 18 €

Présentation de l'éditeur

« Tu sais, Jonas, je ne vais pas passer mon existence à baiser tandis que le monde tombe en morceaux. Il est temps d’arrêter le carnage et de riposter. »
 
Dans un Paris désagrégé par la crise écologique, la misère a définitivement pris ses quartiers. Au rationnement alimentaire s’ajoutent la violence de l’appareil d’État, la canicule et la maladie. Un mystérieux mouvement, Absolum, placarde ses affiches dans toute la ville et gagne du terrain. Son slogan : « Révolution pour la Terre ».

Dans ce chaos, Jonas est infirmier à domicile. Quand il ne s’occupe pas de ses patients, il se réfugie dans les bras de la jeune Khadija, déterminée à sauver le monde. À 37 ans, Jonas est au contraire désabusé et s’apprête à fuir comme tant d’autres vers le Nord, en quête d’une vie meilleure. Mais peut-il partir si facilement sans se retourner ? Qu’est devenue sa sœur Natalia, sa seule famille, dans la campagne aride privée d’électricité ? Et s’il parvenait à convaincre Khadija de le suivre ?

Perdu entre deux âges, incapable de s’engager comme de rester loyal à un système dont il a su pourtant profiter, Jonas va devoir faire face au murmure d’une grande révolte. Alors qu’il a oublié la dignité de mourir, au cœur de son serment, d’autres, par leurs combats, vont lui réapprendre celle de vivre.
La Riposte nous plonge dans ce qui pourrait ressembler à 2030 avec une grande inventivité et une lucidité féroce. Une invitation littéraire saisissante au monde de demain.

Rideau Noir -  Fabienne Pascaud




















Stock
Collection La bleue
Parution : 13 janvier 2021
Pages : 220
EAN : 9782234084223
Prix : 19.50 €

Présentation de l'éditeur

Quand la sorcellerie devient envoûtant théâtre et quand le théâtre devient envoûtante sorcellerie…

Entre la Comédie Française et le Berry, entre la vie parisienne et la campagne désolée, maussade et pauvre, se joue dans Rideau noir – des années 1930 à 2021 – un sulfureux ballet de vie et de mort qu’orchestrent avec indifférence et mélancolie d’insaisissables fantômes de comédiens.

Le roman navigue du Conservatoire National d’Art Dramatique à un cimetière de village où l’on piège les filles trop différentes en passant par un atelier de menuisier où sont fabriquées de dangereuses amulettes.

On y verra aussi des mères en guerre avec leurs filles se déchirer avec haine, des spirites exsangues aux prises avec l’au-delà, des mages vouloir changer l’ordre des choses et des amants fous vivre enfin leur passion dans la mort.

C’est le théâtre, l’art théâtral, l’art tout court, qui permettent ici de défier la disparition, la mort, le destin. Et la raison. De renouer encore et toujours avec la renaissance et l’éternité.

La scène un fabuleux et inexploré laboratoire de tous les possibles, de toutes les modernités ? Un lieu où les héros et héroïnes de Rideau Noir apprennent à défier et exorciser à jamais la précarité de nos existences. Un lieu de magie où vie et mort se côtoient et s’épousent. Où n’existent plus ni vie, ni mort.


La vie rêvée des hommes  -   François Roux



















Albin Michel
Parution : 02 juin 2021
Pages : 320
Isbn : 9782226455734
Prix : 19.90 €


Présentation de l'éditeur

À travers le récit d’un amour interdit, François Roux, auteur du Bonheur national brut, livre une fresque poignante. De 1944 à nos jours, deux êtres affrontent l’opprobre familiale, les ravages du conformisme social, le passage douloureux de la clandestinité à la légalité... La vie rêvée des hommes ou la chronique historique et intime de la condition homosexuelle.

Un autre bleu que le tien   -   Marjorie Tixier






















Fleuve éditions
Parution : 19 août 2021
Pages : 336
Isbn : 9782265155169
Prix : 18.90 €

Présentation de l'éditeur

« Je ne raconte ce rêve à personne alors il reviendra.
Ainsi vont les songes qui ne se laissent pas découdre. »

Restée mutique suite à un traumatisme dont elle n’a aucun souvenir, Rosanie vit à l’abri du monde depuis vingt ans, enfermée dans son univers feutré, protégée par son sauveur devenu son mari. Un jour, attirée par les thermes de la ville — elle qui craint pourtant l’eau — elle rencontre Félice, une femme sportive et volontaire, brisée par un tragique accident. Fascinée par sa force de caractère, Rosanie se résout à abattre le mur de silence derrière lequel elle s’est terrée pendant si longtemps.

Porté par un style poétique et envoûtant, Un autre bleu que le tien dresse le portrait, entre forces et fêlures, d’une femme qui se bat contre son propre silence pour retrouver sa vérité.


Voilà je vous en parle au gré des lectures et de leur parution en librairie.

Verdict le 20 septembre prochain.




vendredi 16 juillet 2021

Lire au jardin - Delphine Gosseries et Catherine Meeus

 Lire au jardin -   Delphine Gosseries et Catherine Meeus











Editions La clef
Parution : mars 2021
Poésie
Textes : Catherine Meeùs
Dessin : Delphine Gosseries
Isbn : 9782960240412
Prix : 12.50 €



Mon avis

C'est un objet magnifique que nous proposent Delphine Gossetries pour la partie graphique et Catherine Meeus pour la prose poétique.  C'est publié dans une petite maison d'éditions "La Clef".

Au fil des saisons "lire au jardin" nous emmène dans un voyage au fil du temps et des couleurs du jardin.

"Façonner le temps qui passe comme la terre, lui donner les couleurs que l'on veut"

Trouver dans la nature et le jardin, un endroit où se sentir bien en compagnie des livres.  Y trouver la protection d'un arbre,  la vie qui s'en va pour renaître à nouveau.

Trouver en regardant la nature une histoire, un terrain de méditation.  

Planter, semer des fleurs ou des idées, les laisser germer, grandir ! Tout comme les belles histoires.

C'est poétique, c'est beau.  Les dessins ou collages répondent à merveille aux textes.

Un bel objet pour (se) faire plaisir.