mardi 18 juin 2024

La voix des saules - Nathalie Skowronek

 La voix des saules - Nathalie Skowronek













Grasset
Parution : 06/03/2024
Pages : 176
Ean : 9782246835806
Prix  : 17,00 €

Présentation de l'éditeur

Contactée pour animer des ateliers d’écriture en milieu psychiatrique, Nathalie Skowronek, qui n’en a jamais dispensé, se demande bien ce qu’elle pourrait apporter à des gens atteints de troubles psychiques. Pourtant, sans en comprendre les raisons, elle accepte. Autour de la table, entre exercices d’écriture et confidences lâchées avec une sincérité qui la désarme, elle découvre une humanité en souffrance, digne, sans fard, sans complaisance sur son état de perte, prompte à rire d’elle-même. Elle y reconnaît cette éternelle difficulté de vivre qui attend consolation et reconnaissance. De quoi se poser la question : et elle, où en est-elle dans sa vie, qu’en attend-elle ?

Au fil des séances, de plus en plus confuse et vulnérable, elle voit la distance s’amenuiser entre les participants et elle. Basile qui fuit l’atelier car il lui cause trop d’hallucinations, Pierrot qui déconstruit les phrases des uns et des autres par des jeux de mots vertigineux, Lina, la fine mouche, qui se demande si leur animatrice va aussi bien qu’elle le dit. Sans nier le gouffre de souffrance qui les sépare, elle lit ses angoisses dans le regard de ceux à qui elle est censée apporter son soutien. Le vrai et le faux, l’art et la vie, le contrôle et le lâcher-prise, le dedans et le dehors, tout s’entremêle dans ce chemin qu’elle parcourt avec ses compagnons de détresse, où l’on croise aussi Virginia Woolf, Ionesco, Prévert, Stevenson. Jusqu’à avoir le sentiment de basculer de l’autre côté du miroir. C’est un nouveau monde qui se dévoile alors, où les faux-semblants, les conventions sociales, les zones de confort s’évanouissent.

Dans ce remarquable récit, aussi puissant que ses personnages sont fragiles, émouvant mais dépourvu de pathos, Nathalie Skowronek nous fait remettre en question une certaine idée de la normalité.


Nathalie Skowronek


Nathalie Skowronek, née à Bruxelles, est écrivain. Elle a publié Karen et moi (Arléa, 2011), Max, en apparence (Arléa, 2013), La Shoah de Monsieur Durand (Gallimard, 2015) et Un monde sur mesure (Grasset, 2017). Son dernier ouvrage La carte des regrets (Grasset, 2020) a reçu l’European Union Prize for Literature et a été traduit en plusieurs langues. Elle enseigne au Master Textes et création littéraire de l'École nationale supérieure des arts visuels de La Cambre et vient d’être reçue à l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique.

photo Babelio









Mon avis

Il y a quelques années, Nathalie Skowronek a été sollicitée pour animer des ateliers d'écriture en milieu psychiatrique. Elle était à la fin d'un roman, dans une période de doute. Dans ce centre de jour, on veut donner aux "pensionnaires" la possibilité de s'exprimer par la peinture, la photographie, l'écriture, le théâtre.  L'idée est vraiment de partager son art avec eux sans artifices.

Elle va découvrir et côtoyer Julia, Suzanne, Nour, Théo, Mathias, Basile, Clémence, Rachel, Pierrot, des personnes en souffrance et les accompagner.   Elle va redoubler de créativé et d'imagination pour qu'ils se livrent, écrivent, racontent.   Elle partira de ce qu'elle connaît, les livres, des textes, rien que des textes.

Elle va utiliser la littérature, le pouvoir des mots, différentes techniques d'écriture pour que les participants se confrontent à  eux-mêmes, aux autres et existent.

Rilke  "Surmonter c'est tout",  Melville avec "Moby Dick" , Camus "L'étranger" - Tout a vacillé - le Talmud "Fais et tu comprendras" -  Montaigne, Prévert, Ionesco, Perec et tant d'autres.

Au fil des ateliers, la distance avec les participants s'étiole.  Elle donne mais elle reçoit et se rend compte qu'elle est de plus en plus proche d'eux, doute et prend conscience qu'elle aussi bascule, est troublée et est en souffrance, se noie dans sa déprime et doit comme eux confronter ses peurs.

Mais qu'est-ce que la normalité ?  C'est un récit sincère, juste et émouvant.  Ces contacts et ateliers sont vrais, respectueux, remplis d'humanité.  Une grande sensibilité dans l'écriture, au fil du roman, elle devient au final un de ses personnages souffrants, en plein abîme, en manque de confiance et d'assurance.


Les jolies phrases

Lorsque je m'engage, je ne me dérobe pas, il n'aura pas à se repentir de m'avoir fait signe.  Surtout, je me sais experte dans l'art de répondre au désir de l'autre.  Il m'est plus aisé de m'ajuster à celui qui est en face de moi que de prendre le risque de me découvrir.

Je me suis rappelé qu'écrire c'était un mot après l'autre, puis une phrase après l'autre, puis un paragraphe après l'autre. Comme dans un mouvement de brasse coulée, on prend l'air et puis on plonge.  Au bout de la longueur, on se retourne et on recommence. On n'a pas de vision claire de la distance parcourue, encore moins de ce qui nous attend, chaque séquence étant un monde en soi.  Qui mobilise nos forces, prolonge nos efforts, nous emmène plus loin. 


Ta peine est ton trésor, ne l'oublie jamais.

L'écriture permet de se glisser à l'intérieur.  Eprouver, changer de peau.

Dis-moi ce que tu lis, je te dirai qui tu es.


Du même auteur j'ai lu et chroniqué

Cliquer sur la couverture pour avoir accès à l'article







samedi 15 juin 2024

Le rossignol - Anne-Gaëlle Huon

Le rossignol - Anne-Gaëlle Huon















Albin Michel
Parution : 02 mai 2024
Pages : 304
EAN : 9782226494276
Prix : 19.90 €


Présentation de l'éditeur



L’enfance est faite de promesses qu’on passe une vie à trahir

1994, un village de la baie de Somme. Tony a dix ans et un rêve plus grand que lui : remporter le concours du meilleur imitateur d’oiseaux. Inlassablement, il s’entraîne pour oublier le silence de son père, de leur maison, de leur famille qui n’en est plus vraiment une. Mais l’arrivée de Louis, un petit Parisien, va bousculer ses projets. D’autant que le garçon développe un don inattendu…

Que reste-t-il de nos rêves à l’âge adulte ? Peut-on rester fidèle à l’enfant qu’on a été ?

Dans le somptueux décor de la baie de Somme, Anne-Gaëlle Huon nous emmène à la rencontre de personnages inoubliables, et convoque l’enfance, ses promesses et ses secrets.


Anne-Gaëlle Huon




Anne-Gaëlle Huon est romancière et scénariste. Ses romans, parmi lesquels Les Demoiselles (Prix des Lecteurs Culture Presse, Prix des Lecteurs U du Livre de Poche, Grand Prix de l’Inner Wheel), sont plébiscités par plus d’un million de lecteurs et traduits dans plusieurs pays.  Source: Albin Michel





Mon avis

Tout commence en 1994.  Tony Pasteur a un rêve, remporter le concours du meilleur imitateur d'oiseaux pour épater son père. Tony a 10 ans, il est blessé, meurtri, la vie ne lui a pas fait de cadeaux, il lui reste Moune sa grand-mère et son père qui l'ignore. 

Un petit parisien arrive dans sa classe, c'est Louis Martel, le fils du directeur de l'usine.  Une rencontre qui va profondément changer sa vie.  Ils parcourent ensemble la Baie de Somme, le parc de Marquenterre à l'écoute des oiseaux.  Tony partage avec lui sa passion des oiseaux, lui apprend à siffler.  Tony adore passer du temps auprès de la maman de Louis.  Ils sont devenus inséparables et pourtant tout va basculer.

Anne-Gaëlle Huon nous propose un magnifique récit.  On voyage au Crotoy, à Saint Valery à l'écoute et la découverte des oiseaux.  Un récit qui s'articule sur deux périodes temporelles, 1994 et trente années plus tard.  Que sont devenus ces amis ?  Pourquoi la vie les a-t-elle séparé et réuni à nouveau ?

Je ne vous en dirai rien si ce n'est que c'est véritablement somptueux.  Que reste-t-il des promesses de l'enfance ?  L'amitié est-elle plus forte que tout?  Un récit sur les rêves, les espoirs et les désillusions.

Anne-Gaëlle est une magnifique conteuse, en toute simplicité, laissant parler le coeur, elle raconte avec justesse les différentes épreuves de la vie traversées par les deux amis.  C'est nostalgique, poétique, profond.  Le style est délicat, tout en finesse et tendresse.  Elle trouve les mots justes pour nous conter les doutes, les émerveillements de l'enfance, les douleurs et espoirs.  Ce récit est vraiment très émouvant, la grâce touche les personnages.  

Immense coup de coeur. ♥♥♥♥♥

Les jolies phrases

Les épreuves nous font mûrir, nous façonnent, et parfois nous forcent à nous découvrir.  Du pire surgit le meilleur.

C'est bizarre la vie, poursuit-il.  Quand on est gamin, on n'attend qu'une chose, c'est d'être grand, et puis le lendemain on est vieux et on passe son temps à regarder par derrière.

Un voile passe sur son visage. L'humeur de Louis est comme la baie. Changeante. Insaisissable. La mer atteint son apogée sous un soleil éclatant, et un instant plus tard, elle se retire sous un ciel qu'assombrissent déjà d'épais nuages noirs.

Si les lieux et les objets ne disparaissent pas, ils gardent en eux la possibilité que le bonheur revienne. 


L'enfance, ce territoire étrange où les années passent plus vite que les jours.


Les hommes n’inventent rien, fils. Ils imitent la nature et l’ignorent ensuite en prétendant la dompter.


Le spleen, Tony, est un virus contre lequel personne n'a encore trouvé de vaccin. On peut anesthésier la douleur, mais la maladie, elle, ne disparaît jamais. Pire, elle se transmet.



Du même auteur j'ai lu

Cliquez sur la couverture pour avoir accès à la chronique

  

mardi 11 juin 2024

Les morts ont la parole - Dr Philippe Boxho

 Les morts ont la parole    -   Philippe Boxho




















Kennes
Parution : juin 2022
Pages : 176
Isbn :  9782380756975
Prix : 19.90 €


Présentation de l'édition

Médecin légiste depuis plus de trente ans, le docteur Philippe Boxho nous fait découvrir dans cet ouvrage son quotidien fait de morts qui ne le sont pas toujours ou pas encore, de disparitions de cadavres, de dissimulations de meurtres, de suicides étonnants.

De la scène de crime à la salle d’autopsie, entre pratique médicale et enquête policière, l’expert médico-légal nous raconte son métier, qui est aussi sa passion. Il nous relate ainsi l’évolution du corps après la mort à travers des histoires de mouches, puis il s’arrête sur cet homme qui pensait mourir d’un seul coup de feu et qui a dû s’y prendre à quatorze reprises, sur cet autre qui, en voulant se pendre, est finalement décédé d’une fracture du crâne, sur ce meurtrier qui n’aurait jamais dû consommer d’alcool ou encore sur cette morte qui avait le mauvais goût de transpirer.
Les histoires rassemblées ici sont toutes vraies, rien n’est inventé. Il n’y a d’ailleurs pas besoin d’inventer, la réalité se suffit à elle-même tant l’imagination humaine est libérée quand il s’agit de mourir, de tuer, de se suicider, de faire disparaître un corps. Âmes sensibles s’abstenir…


Philippe Boxho




Philippe Boxho est médecin légiste depuis 30 ans, professeur de médecine légale, directeur de l’Institut de médecine légale de l’Université de Liège, membre de l’académie royale de médecine de Belgique, membre du conseil national de l’ordre des Médecins. Il est également chroniqueur auprès de Patrick Weber dans l’émission « C’est pas fini » tous les soirs sur Vivacité.













Mon avis

Lors de la dernière foire du livre à Bruxelles en avril dernier, j'ai été intriguée par une file à n'en plus finir, mais qui donc attire autant de monde ?  C'était Philippe Boxho, le médecin légiste qui fait parler les morts... Il a déjà deux livres à son actif , le troisième est prévu fin de l'été.  

Un auteur belge dont je ne connaissais rien, j'ai vite réparé mes lacunes et bien je peux vous dire que c'est passionnant.

Un récit qui se lit super vite.  C'est vraiment captivant, on partage dans ce premier récit le quotidien de ce médecin légiste.  Il nous fait découvrir son métier, ce que les corps donnent comme indices même bien longtemps après leur disparition.

Si vous êtes passionnés de série, du style les experts et autres, vous apprendrez que les séries ne sont pas toujours en phase avec le réel, par exemple pour protéger une scène de "crime", les combinaisons sont bien moins sexy que ce qu'on nous montre.

Il n'invente rien, nous présente des cas vécus et je vous assure que la réalité semble parfois dépasser l'imagination car celle de l'homme est sans limite.


Je retiens trois principes en criminalistique : 
1. Tout contact laisse une trace  
2. Chaque objet est unique
3. Une fois parti, jamais ne revient, une trace est fragile 

mais aussi l'importance du rôle des insectes, les mouches par exemple qui peuvent aider à déterminer l'heure du décès.

Beaucoup d'autres choses, âmes sensibles s'abstenir mais franchement je n'ai qu'une envie, découvrir la suite.

Ma note : 9/10




dimanche 9 juin 2024

Quand j'ai froid - Valentine Choquet ♥♥♥♥♥

Quand j'ai froid  -  Valentine Choquet



 
















Editions de la Gouttière
Parution : 08/03/24
Pages : 216
EAN : 9782357961029
Prix : 19.70 €


Valentine Choquet

Valentine Choquet est une jeune autrice de bande dessinée et illustratrice, née en 2000 et originaire d’Amiens. Prometteuse depuis le plus jeune âge, Valentine a toujours ressenti le besoin de s’exprimer au travers de la bande dessinée. Elle devient lauréate du concours des Rendez-Vous de la BD d’Amiens à 10 puis 11 ans. À l’époque déjà, le jury est frappé par sa sensibilité et sa maturité, palpables à travers ses planches. Elle ouvre son premier blog où elle publie des histoires courtes humoristiques et illustrations inspirées de son quotidien. À seulement 13 ans, Valentine Choquet obtient l’écureuil d’or du FIBD d’Angoulême.

Dès lors, Valentine sait qu’elle veut devenir professionnelle. Repérée grâce à son blog, elle obtient de premières collaborations pour des revues et sites internet. Elle poursuit ses études sur Paris et intègre ensuite l’école d’illustration Auguste Renoir dont elle est diplômée en 2021. Dès 2020, Valentine commence à travailler comme illustratrice freelance pour plusieurs maisons d’édition, notamment Hatier et Hachette. En février 2023, elle intègre en tant qu’illustratrice l’Agence 9 – Une bulle en plus. En parallèle, elle publie depuis 2018, sur son compte Instagram, des strips humoristiques et autobiographiques.


En 2024, du haut de ses 23 ans, Valentine voit paraître la première bande dessinée qu’elle scénarise, dessine et colorise intégralement : Quand j’ai froid. Un album inspiré de sa rencontre avec sa voisine d’immeuble, ainsi que de la relation très proche qu’elle entretient avec ses grands-parents.


Présentation de l'éditeur


C'est l'hiver. Louise mène un quotidien calme, un peu solitaire et rythmé essentiellement par ses études. Un jour, frissonnante, elle rencontre sa voisine d'immeuble, une petite mamie qui a la bougeotte, le sourire aux lèvres et une myriade d'histoires à raconter. Des histoires de patins à glace et d'écharpes réconfortantes, des histoires de fleurs symboliques et de grand amour, des histoires de vélo et d'enfant qui grandit...

Mois après mois, saison après saison, les deux femmes partagent de doux moments présents et des souvenirs passés, des souvenirs néanmoins de moins en moins précis...



Mon avis

Louise, une jeune femme solitaire se consacre à ses études.  Paris, c'est l'hiver, il neige et fait froid.  En rentrant de cours, une petite dame âgée l'aborde dans le hall de son immeuble, lui dit qu'il fait froid et que quand il fait froid, elle rétrécit.   Elle lui raconte un souvenir d'enfance sous la neige et le froid à l'origine de cette expression.

Peu à peu Louise et Andrée se lient d'amitié. Chez Andrée une multitude de photos et de souvenirs, le contraste par rapport à la solitude de Louise.  Une belle amitié va naître, les souvenirs se raconter, son amour pour Camille, sa passion pour le tour de France en 1957.  Toutes ces photos, un cadeau, un appareil polaroid et peu à peu la vie de Louise va prendre un autre tournant.  Des amitiés naissantes, des souvenirs qui se créent.

Mais ceux de Louise comme ses photos, s'effacent peu à peu.

C'est un album pratiquement sans texte, les images parlent d'elles-mêmes.  Le graphisme est magnifique, tout en douceur.  Des couleurs douces, un trait net et des visages expressifs.

C'est une petite merveille, une pépite à ne pas louper.  Elle nous parle des liens intergénérationnels, d'amitié, des souvenirs, de la mémoire.  A découvrir au plus vite.

Immense coup de coeur ♥



samedi 8 juin 2024

Bilan de lecture de mai

Bilan de lecture de mai






Joli bilan en mai, préparation et relecture des livres de Jérôme Colin.  Beaucoup de sorties culturelles dont la journée à Marche en Famenne pour le Prix Horizon.


Ce livre magnifiquement adapté au théâtre, si vous en avez l'occasion, allez-y !




Une lecture qui fait débat, de mon côté je me suis laissé emporter par les émotions et j'ai beaucoup aimé. 




Une véritable pépite ♥♥♥♥♥

Lorsque l'être aimé vous manque et n'est plus, c'est juste sublime !






Mathilde Ducrest nous emmène dans un monde onirique, réflexion sur l'amitié, les sentiments à fleur de peau.



Coup de poing !  Adapté également au théâtre, magnifique roman qui parle de la santé mentale de nos jeunes. 




Retrouver la plume de Lize Spit dans un récit plus court, c'est possible avec ce nouveau petit roman. 





Gros coup de coeur ♥  J'aime la plume d'Anne-Gaëlle Huon qui nous emmène en Baie de Somme à l'écoute des oiseaux et surtout de l'amitié. 



Superbe album jeunesse à offrir, joli point de départ pour démontrer que l'argent ne fait pas le bonheur !




C'est un roman graphique très personnel qui raconte l'histoire de sa maman née en Norvège et aborde l'Histoire et l'existence des Lebensborn.  Joli point de départ pour en discuter avec les ados.  Un récit très touchant.




Impatiente j'étais de retrouver ma compatriote, Barbara Abel qui est vraiment la reine des thrillers psychologiques.



Le bonheur de retrouver Jocelyne, la mercière d'Arras qui avait gagné un peu plus de 18 millions.  Il lui en reste 15 et elle a bien l'intention de les dépenser car c'est connu l'argent ne fait pas le bonheur !




Un roman graphique qui revient sur les attentats d'Oslo de l'été 2011 et des traces laissées dans la société. 




Comme toujours, j'actualise cette rubrique de façon mensuelle. 

Dès que la chronique est en ligne, il suffit de cliquer sur la couverture pour avoir accès à l'article.

Belles découvertes.