samedi 19 janvier 2019

Changer l'eau des fleurs - Valérie Perrin ♥♥♥♥♥

Changer l'eau des fleurs          Valérie Perrin

Résultat de recherche d'images pour "changer l'eau des fleurs"

Albin Michel
Parution : 28 février 2018
Pages : 560
EAN13 : 9782226403049
Prix : 22.50 €


Présentation de l'éditeur

Violette Toussaint est garde-cimetière dans une petite ville de Bourgogne. Les gens de passage et les habitués viennent se réchauffer dans sa loge où rires et larmes se mélangent au café qu’elle leur offre. Son quotidien est rythmé par leurs confidences. Un jour, parce qu’un homme et une femme ont décidé de reposer ensemble dans son carré de terre, tout bascule. Des liens qui unissent vivants et morts sont exhumés, et certaines âmes que l’on croyait noires, se révèlent lumineuses.
Après l’émotion et le succès des Oubliés du dimanche, Valérie Perrin nous fait partager l’histoire intense d’une femme qui, malgré les épreuves, croit obstinément au bonheur. Avec ce talent si rare de rendre l’ordinaire exceptionnel, Valérie Perrin crée autour de cette fée du quotidien un monde plein de poésie et d’humanité.

L'auteure nous en parle




Elle a vécu à Gueugnon jusqu'à ses 19 ans. Valérie Perrin est photographe, scénariste et auteure. Son deuxième roman Changer l'eau des fleurs vient de recevoir le prix Maison de la Presse 2018.


Source : France 3 Bourgogne-Franche-Comté


Mon avis

Attention, ne vous fiez pas aux apparences, c'est un peu le thème de ce roman qui contrairement à sa couverture et à son titre n'a rien d'une romance ou d'un livre feel-good.

Non détrompez-vous, il s'agit d'un superbe roman qui donne de vraies émotions, qui nous parle de la vraie vie qui n'est hélas pas toujours rose.

C'est l'histoire de Violette Toussaint, ex garde-barrière qui devient garde-cimetière comme si elle devait absolument veiller sur quelque chose, être attentive aux autres.

Il faut dire que Violette née Trenet a eu une enfance fracassée, abandonnée à la naissance par sa mère,  enfant de l'assistance, elle croit rencontrer enfin le bonheur lorsqu'elle croise le séduisant Philippe Toussaint, celui que beaucoup convoite.

Enceinte, elle l'épouse à l'aube de ses dix-huit ans rêvant d'amour et d'une famille.  On ne peut pas dire que ce soit réciproque du côté des parents de Philippe.  Ils n'ont jamais accepté sa présence.

Violette a un sacré tempérament, une force incroyable pour protéger sa famille, lui donner ce dont elle a manqué malgré le fait que son mari aime les femmes et sa moto.

C'est le 15 août 1997 qu'ils s'installent au cimetière de Brancion en Chalon, leur dernière garde-barrière ayant été automatisée.

Beaucoup de monde passe dans la petite cuisine de Brancion ; Nono, Gaston, Elvis, et, Pierre, Paul, Jacques les fossoyeurs, mais aussi les vivants à la rencontre de leurs défunts.

Un jour elle rencontrera Paul Seul qui lui racontera l'histoire d'Irène Fayolles sa mère et celle de Gaston Prudent.  Avant cela, il y avait Sasha qui comme Violette cerne les gens avec beaucoup d'écoute et d'empathie.

Ce récit alterne passé et présent, mêle plusieurs histoires par le biais de courts chapitres résumés à chaque fois par une épitaphe poétique.

C'est un pavé de 546 pages que l'on ne voit pas passer, captivé par le récit.  L'écriture est fluide, rythmée.  La plume est sensible, intimiste, poétique, très belle.

On ne tombe jamais dans le pathos ou la morbidité, au contraire c'est lumineux.

Valérie Perrin nous parle de drames, de violences affectives avec finesse et émotions.  C'est un roman d'espoir, d'humanité qui procure de belles émotions.

Une très belle lecture, un très beau coup de coeur.

Ma note : ♥♥♥♥♥


Les jolies phrases

L'oeuvre de Dieu, la part du Diable.

J'adore rire de la mort, me moquer d'elle.  C'est ma façon de l'écraser.  Comme ça, elle fait moins son importante.  En me jouant d'elle, je laisse la vie prendre le dessus, prendre le pouvoir.

Le manque, la douleur, l'insupportable peuvent faire ressentir des choses qui dépassent l'imaginaire. Quand quelqu'un est parti, il est parti.  Sauf dans l'esprit de ceux qui restent.  Et l'esprit d'un seul homme est bien plus grand que l'univers.

Pourquoi va t-on vers des livres comme on va vers des gens ?

Monsieur Seul, s'il y a une clé sur la porte de nos armoires, c'est pour que personne ne les ouvre.

Violette, pourquoi ne pas refaire votre vie ?  Parce qu'une vie ne se refait jamais.  Prenez une feuille de papier et déchirez la, vous aurez beau recoller chaque morceau, il restera toujours les déchirures, les pliures et le Scotch.

Mais un brin d'herbe peut pousser n'importe où, et j'étais faite de ce n'importe où.  Oui, une racine peut prendre vie dans du goudron.   Il suffit d'une micro-fissure pour que la vie pénètre à l'intérieur de l'impossible.  Un peu de pluie, de soleil et des souches venues d'on ne sait où, du vent peut-être apparaissent.

La vie, c'est comme une course de relais, Violette, tu la passes à quelqu'un qui la prend et qui la redonne à quelqu'un d'autre.

J'ai pensé que nous étions deux rescapés qui tenaient encore debout.  Deux naufragés qu'un océan de malheurs n'était pas parvenu à noyer totalement.

Pourquoi n'avez-vous pas eu d'autres enfants ? Parce que je n'étais plus mère, juste orpheline.  Parce que je n'avais pas le père qui allait avec mes autres enfants...Et puis, c'est difficile pour des enfants d'être "les autres", "ceux d'après".


1 commentaire:

Anonyme a dit…

J'ai adoré ! merci Valérie