dimanche 24 mars 2013

Tuer le père Amélie Nothomb *****


AMELIE NOTHOMB         TUER LE PERE



Tuer le père


RÉSUMÉ

Allez savoir ce qui se passe dans la tête d’un joueur. A. N.
Cette tragique et folle histoire, Amélie la raconte avec son habituelle alacrité. Si noires que soient ses visions, si vives ses critiques de notre société de faussaires, elle sait danser avec elles. Il y a, bien sûr, un peu de magie là-dedans. Marie-Françoise Leclère, Le Point.
Un anguleux jeu de miroir pour un roman codé très noir, à l’image de son auteur. Laurent Boscq, Rolling Stone.


MA CRITIQUE

C'était le seul que je n'avais pas encore lu d'Amélie Nothomb.  Il était tellement fin (130 pages) que j'avais attendu la parution en poche.

J'ai aimé ce nouvel opus nous emmenant dans le milieu de la magie et traitant clairement de l'oedipe.

Joe Whip a 14 ans lorsqu'il quitte la maison. Depuis toujours il a vu défiler quantité d'hommes dont sa mère n'en retint aucun, ni le nom d'ailleurs.  Elle est incapable de lui dire qui est son père tellement sa vie fut instable.
Un jour pour garder celui qu'elle croit être enfin le bon, elle vire son fils sous prétexte que celui n'apprécie pas Joe, ni son penchant affirmé pour la magie.
Elle donne à Joe sa liberté en lui versant une rente mensuelle de 1000 USD.

Joe, content dans un premier temps de gagner sa liberté, se rend rapidement compte que pour vivre c'est peu.  Il arrondit ses fins de mois en pratiquant ses tours de magie. Un jour alors qu'il s'entraîne dans un bar, un belge  l'aperçoit et lui dit qu'il est drôlement doué, qu'il croit en lui et qu'il est dommage qu'habitant Reno , la ville d'un grand magicien, Joe n'en devienne son élève.

C'est ainsi que Joe se rend chez le célèbre Norman Terence, à qui il demande de devenir son maître.  Norman accepte de devenir son professeur.  Joe s'installe chez lui où vit également la jolie Christina de 10 ans la cadette de Norman.  Une vie de famille s'installe.

Tout va bien jusqu'à ce qu'il tombe amoureux de Christina. Une dualité s'installe; il est partagé entre l'attirance et les sentiments envers Christina et le respect et l'admiration pour Norman.

Il a le sentiment de ne pas exister et est jaloux. Il ne s'intéresse pas aux filles, et tout basculera le jour de son dix-huitième anniversaire dans un premier temps et lors de son vingtième dans un second temps....

Tuer le père est un roman avec des gens normaux, aux prénoms normaux , dans une vie normale, plausible, cela nous change un peu des habitudes d'Amélie.  En effet, son univers est un peu moins excentrique, surréaliste mais n'en reste pas moins Nothombien... Elle traite ici avec brio de façon très noire, la recherche et les rapports père/fils.  Le monde de la magie est à l'honneur, magie de l'écriture également comme toujours.  Qui est le maître, qui est l'élève est peut-être la question...

Une écriture toujours très belle, un très joli texte mais court, qu'il m'a semblé court, un peu frustrée que cela s'arrête déjà comme cela.... Un livre qui se lit en moins de deux heures, sans temps mort et qui vous tient en haleine.

A lire aussi vite que possible.



LES JOLIES PHRASES

Le but de la magie, c'est d'amener l'autre à douter du réel.

Il y a une différence fondamentale : la magie déforme la réalité dans l'intérêt de l'autre, afin de provoquer en lui un doute libérateur ; la triche déforme la réalité au détriment de l'autre, dans le but de lui voler son argent.

Le magicien aime et estime son public ; le tricheur méprise celui qu'il plume.

Aucun commentaire: