dimanche 11 mai 2014

La guerre des Lulus La maison des enfants trouvés 1914 ♥♥♥♥♥


LA GUERRE DES LULUS   1914

La maison des enfants trouvés



La Guerre des Lulus - Régis Hautière,  Hardoc - 2203034426 - 9782203034426

Casterman

Tome : 1
Pages : 56
Prix : 13,50 €






Régis Hautière






Depuis 2004, le scénariste d’origine bretonne Régis Hautière, pilier des éditions Paquet a signé une vingtaine d’albums en seulement cinq ans dont le Dernier Envol avec Romain Hugault.
Après des études supérieures de philosophie et d’histoire et un troisième cycle en ingénierie de la connaissance, Régis Hautière a travaillé une dizaine d’années pour le festival BD d’Amiens. Sa carrière BD prend son envol chez Paquet avec Romain Hugaultqu’il aide à réaliser son album le Denier Envol paru en 2005 et qui deviendra le socle de la nouvelle collection cockpit.
Particulièrement éclectique, Régis Hautière est bien l'un des scénaristes les plus prolifiques du moment.

Hardoc



Hardoc, de son vrai nom Vincent Lemaire, est un dessinateur et coloriste de bande dessinée né à Albert le 18 février 1975. Il commença ses études secondaires au Lycée Louis-Thuillier d'Amiens en section littéraire option arts plastiques, puis les poursuivit au lycée Lamarck d'Albert. Après avoir obtenu son baccalauréat technologique en génie électro-technique, il fit des études supérieures à la faculté des Arts d'Amiens où il obtint une licence et commença une maîtrise d'arts plastiques.
En matière de dessin, c'est un autodidacte. Il démarra sa carrière à 15 ans comme illustrateur pour une émission de France 2 pour la jeunesse.

Tout en travaillant sur ses premières BD, Hardoc fut batteur et parolier, durant quinze ans, dans un groupe de rock festif : "Les Mômes susceptibles". Il remporta, en 1996, l’Écureuil d’Or qui récompense le meilleur jeune espoir au Festival international de la bande dessinée d'Angoulême. En parallèle à sa carrière dans la bande dessinée, il a collaboré au journal alternatif Fakir.

Hardoc rencontra Régis Hautière dans une association BD d'Amiens et ils décidèrent de travailler ensemble sur Le Loup, l'Agneau et les Chiens de Guerre dont le premier tome sortit en 2004.
En 2005, il participa au collectif des nouvelles de Jules Verne en bandes dessinées.
En 2009, il collabora de nouveau avec Régis Hautière sur l'histoire des Lulus, Jeux de guerre, dans l'album collectif Cicatrices de guerre(s).
En 2013, sort le premier volume des aventures complètes des Lulus, intitulé La Guerre des Lulus - La maison des enfants trouvés.

MON AVIS

Nous sommes en 1914 dans l'orphelinat du village de Valencourt en Picardie. La guerre n'est pas loin. Les "LULUS", Ludwig, Lucas, Luigi et Lucien partagent la même chambre, ils sont inséparables.  Ils construisent une cabane dans les bois juste à côté.

Un ordre d'évacuation du village est donné et nos amis ne sont pas là lors du départ.

A leur retour, ils s'étonnent d'être seuls.  Ils sont réveillés la nuit par les bombardements.  Ils se cachent, découvrent avec stupeur qu'ils sont seuls et livrés à eux-mêmes, le village étant désert.

Ils rencontrent une autre "lulu", Luce qui à la poursuite de son chat, a perdu ses parents en fuite depuis la Belgique.  Elle se joindra à eux.

Nous partagerons leur survie en cette année 1914.

Merci à Argali pour son avis,c'est elle qui m'a donné l'envie de cette belle découverte.

Un graphisme magnifique, des dessins réalistes, des dialogues délicieux d'enfants sans être niais. Beaucoup de fraîcheur, un beau récit sur l'amitié et l'entraide.  Nos Lulus sont des enfants, ils ont peur, claquent des dents, ils ne sont pas des héros, juste des enfants craintifs racontant leur vision de la guerre.

Comme ce thème est mis à l'honneur cette année, voici une façon originale et ludique de l'aborder. Accessible aux enfants.  Un bon point de départ pour créer un dialogue et un échange sur le sujet.

Un vrai coup de ♥

Je vous livre mes impressions sur le tome 2 très vite.

De jolies phrases

Un pieux mensonge est parfois préférable à la vérité.  Ce n'est pas à des religieux que je vais l'apprendre, n'est-ce pas ?



Aucun commentaire: