dimanche 10 avril 2016

Elvis Cadillac Nadine Monfils

Elvis Cadillac

King from Charleroi


Nadine MONFILS

Fleuve Editions
Date de parution : 3 Mars 2016
Nombre de pages : 240
Format : 140 x 210 mm
Série : La Littérature
EAN 9782265099487
Prix conseillé : 17.90 €


Présentation de l'éditeur

Avec sa chienne Priscilla affublée d'une banane rose, Elvis sillonne les routes au volant de sa Cadillac ornée de cornes de vache pour aller donner des concerts. Abandonné à l'âge de 5 ans près des toilettes d'un restoroute, il a été recueilli par un couple d'épiciers fans de Georgette Plana, et est devenu Ze sosie officiel du King ! Invité à chanter pour l'anniversaire d'une vieille châtelaine, sur l'air de «Blue Moon», il va se retrouver au coeur d'un crime bien étrange, avec en prime une panoplie de pétés du couvercle, dont le chat Houellebecq qui a des mycoses aux pattes. Yeah !

Mon avis


Elvis Cadillac est né à Charleroi. Sa mère l'abandonne lorsqu'il a cinq ans. Lui il se construit en pensant qu'elle a été kidnappée. Il est recueilli chez Monsieur et Madame Bismut, épiciers.

Un livre : "Oliver Twist" changera sa vie et l'ouvrira à la littérature.

Au décès de ses parents adoptifs, il vendra tout et s'achètera une cadillac rose. Il montera aux Marolles, à la capitale quoi, pour faire carrière.

Il aime boire un pot avec les gens dans les bistrots. Son truc c'est de chanter dans les salles paroissiales et aux anniversaires, d'être près des gens, de les rendre heureux en chantant.

Il vit avec Priscilla, sa chienne, un carlin qui rote et qui pète. Elle est magnifique avec sa banane rose. Il est heureux comme ça.

Un jour, on sonne à sa porte et le cauchemar commence... C'est Raymonde Pirette, sa mère qui rapplique. Elvis a 40 ans, cela fait donc 35 ans qu'il l'a croit prisonnière, séquestrée quelque part dans une cave.. C'est sa mère quoi, il veut lui faire plaisir.

Elle, elle veut faire de lui "la nouvelle star", elle veut devenir son impresario, se faire du pognon, diriger sa carrière. Elle lui engage un coach, Bouli, un ignare sans culture.

Priscilla est dans le collimateur de Raymonde, elle ne lui veut pas du bien...

Elvis va chanter pour l'anniversaire d'Olivia, une châtelaine qui va fêter ses 80 printemps. Elle adore la chanson "Blue Moon" qui l'a fait rêver et revivre son passé.

Un crime aura lieu.

Avec ce nouveau personnage, Nadine Monfils réussit une nouvelle fois à me convaincre, on rit, c'est une galerie de personnages frappés tous aussi allumés les uns que les autres.

C'est un roman sur les sosies dans lequel Nadine Monfils distille un peu d'érotisme, des personnages déjantés, du polar mais on parle aussi de littérature. Notre anti-héros aime lire depuis la découverte d'Oliver Twist , il y a un chat qui se nomme Houellebecq et qui a des mycoses aux pattes par exemple ...), et l'intrigue se base sur "La mort heureuse" de Camus.

En route à la recherche du bonheur, quels qu'en soient les moyens...

J'ai beaucoup aimé les annotations, traductions très personnelles des expressions belges pour nos amis français, c'est pour moi un livre dans le livre. Le surréalisme belge est bien au rendez-vous.

C'est fluide, agréable, on ne se prend pas la tête, un remède contre la morosité.

Pour passer un bon moment, embarquez dans la cadillac rose du King en compagnie de Priscilla et sa banane....

Un coup de coeur


Les jolies phrases


La culture, ça se déguste aussi dans les bistrots, tu trouveras plus facilement Dieu au fond d'un verre dans un sac Vuitton.


Je crois au King. Lui au moins il fait rêver les gens. Dieu, c'est comme les politiciens : y a longtemps qu'on n'y croit plus.


Les rêves, c'est la seule chose qui te donne envie de te battre.

Tu peux lire tous les bouquins que tu veux, la seule clef est celle qui ouvre la porte de tes rêves.  Tu peux te sentir libre en taule et prisonnier au milieu de l'océan.  Les vrais barreaux sont ceux que tu construis dans ta tête.  Deviens le roi de l'évasion.

Elle aimait vraiment le théâtre.  Mais à force d'être un bateau qui navigue vers le vide, elle y allait aussi, sans s'en rendre compte.  L'imagination ici n'était pas de mise.  On était dans l'univers plat des mots creux et de l'intellectualisation.  Mais tu comprends, plus celui celui qui débite des conneries a l'air intelligent.

Bah, fit Raymonde, se perdre, c'est pas grave.  Ce qui est pire, c'est de ne jamais se trouver.

Il n'avait pas vu qu'elle était enceinte.  De toute façon, il ne voyait jamais rien, comme les gens qui ont peur de perdre leurs illusions.  Il avait construit sa zone de bonheur et personne ne pourrait l'en déloger. Celui des autres passait d'abord par le sien.

Lui, il était heureux comme il était.  Sa chienne, ses potes de bistrot, ses bouquins, ses concerts...sa petite vie d'avant lui convenait très bien et il n'avait nulle envie de décrocher la lune.  Trop d'ambition tue le plaisir.  Il ne voulait pas risquer de se perdre.  Mais il se sentait pris dans la toile d'araignée à qi il devait la vie.

Comme quoi, s'envoyer en l'air est plus efficace qu'une thérapie et coûte moins cher.

Les surprises font surtout plaisir à ceux qui les concoctent.

Tout ce qui lui importait, c'était de faire fructifier son pactole, vu qu'aujourd'hui les banques ont flingué l'écureuil et que tes noisettes tu peux te les carrer où j'pense.

Aimer c'est avoir l'âge des contes de fées, tout en sachant que derrière les roses se cachent des ogres et des sorcières. Pas de frissons sans Barbe bleue. Et pas d'aventures si tu ne ramasses pas la clef tachée de sang. Elle connaissait les dangers des vraies histoires d'amour et avait toujours été attirée vers cette flamme qui risque de vous brûler le coeur. C'était pour elle les meilleurs moments de sa vie. Ceux où elle s'était mise en danger.  Elle détestait le confort du quotidien dans lequel, comme beaucoup de gens, elle s'était engluée.  Nous sommes pareils à ces oiseaux perdus au bord d'une plage et qui finissent par ne plus pouvoir voler, parce qu'un paquebot a pollué tout le rivage avec l'essence qui s'en est échappée.  Ses plumes étaient collées depuis longtemps, et voilà que, soudain, elle se remettait à battre des ailes.

On sait très bien que le quotidien est un serial killer.  On peut tout assassiner, sauf les sentiments.

La mort n'est rien d'autre que des grandes vacances d'où tu ne reviens jamais.

Il croyait aux signes et aux messages des songes. Passionné par la science des rêves, il avait lu pas mal d'ouvrages à ce sujet et savait que l'ombre symbolise une inquiétante vérité refoulée au plus profond de soi.  Mais cette signification s'appliquait tout autant à lui car il n'ignorait pas que les personnages qui hantent nos nuits ne sont jamais que de multiples facettes de nous-mêmes. Il y a forcément un effet miroir, comme dan tout ce que nous choisissons.

D'expérience, il savait qu'un testament est un ver dans le fruit et finit toujours par ronger ce qui reste de bon.

Il était profondément blessé et se dit que les mots sont des souliers troués dont les histoires ne parlent qu'à ceux qui les portent. Mais que leur franchise peut parfois tuer bien plus cruellement qu'un coup de poignard.


4 commentaires:

Mina Merteuil a dit…

L'inspiration littéraire aurait pu m'intéresser, mais je crains que Nadine Monfils ne soit trop déjantée pour moi...

Anne a dit…

Je dis exactement la même chose que Mina, je suis sûre que Nadine Monfils n'est pas un auteur pour moi...

Nathalie Vanhauwaert a dit…

Tu ne risques rien à essayer....je te le passe si tu veux
C'est un univers qui surprend au début mais dans lequel on se sent bien.

celinette82 a dit…

Merci pour cette découverte, je sais pas si cela va me plaire ....Bon lundi.