mardi 8 avril 2014

Alice et l'homme-perle Valérie Cohen ****



Mois belge Logo Folon Redstar 38 gras blanc ombre orange 1 sans bord

Alice et l’homme-perle – Valérie Cohen


EN PARTENARIAT AVEC LES EDITIONS LUCE WILQUIN


 


Sméraldine
Editions Luce Wilquin
14 x 20,5 cm, 192 pages
ISBN 978-2-88253-479-8
EUR 19.-

RESUME


Alice, Juliette et Gisèle partagent leur quotidien dans une Résidence pour sexagénaires argentés de Saint-Germain-en-Laye. Lorsqu’elle commence à oublier la couleur des yeux d’un ancien amant, Alice sombre dans une profonde mélancolie. Hormis son époux décédé, Diego est le seul homme qu’elle ait jamais aimé. Pourquoi vivre encore si l’essentiel lui échappe ? Ses amies lui organisent alors un voyage surprise à Séville avec l’objectif inavoué de retrouver Diego. Un professeur de dessin taiseux, un juge vieux garçon et la sulfureuse directrice de la Résidence les accompagnent. Un périple cocasse, durant lequel leur propre histoire s’invite. Tout comme leurs désirs, leur envie d’oser de nouvelles routes. Leurs peurs aussi…

MON AVIS

Un tout grand merci aux Editions Luce Wilquin pour ce magnifique partenariat.  C'est un véritable cadeau que la découverte de ce troisième roman de Valérie Cohen.

Après Double vie d'un papillon 2010 Dorval
Nos mémoires apprivoisées  2012 Luce Wilquin

Alice Romain est à l'aube de ses 66 ans. Voilà à peu près six ans qu'elle a décidé de quitter Paris pour le calme de la Résidence "Les eaux douces" à Saint-Germain-en-Laye.
Elle est veuve. Depuis peu, elle a des petits trous de mémoire, oeuvre du temps; elle oublie certains détails et cela l'énerve.
Chaque jeudi elle se rend à l'aéroport pour voir les passagers qui débarquent et se donner un peu de rêve et d'évasion.
Elle y récupère aujourd'hui son amie Gisèle Noiret, qui pour oublier les effets du temps, s'est donné quelques coups de bistouri pour conserver une certaine jeunesse.  Gisèle est riche, célibataire et sans enfant.

A la résidence, Alice partage le quotidien avec son autre amie, Juliette Doutremont, une mamy comme on les aime, un peu rondelette, maman et grand-mère, bavarde, toujours de bonne humeur, positive, tournée vers les autres.

Il y a aussi Simon qui donne des cours de dessin et Jean-Louis un ancien juge, ami de Juliette , et miss Létiquette (on la surnomme ainsi car elle aime montrer qu'elle porte des marques).

Tout ce beau monde est encadré par Sylvie Joris, la directrice. La quarantaine, célibataire sans enfant  -elle ne pourra jamais en avoir -, elle se cherche au niveau sentiment.


Un jour au cours de dessin, Simon leur demande de dessiner le modèle présent.  Alice préfère en dessiner un de tête, son Diego ancien amant, amour de sa vie, perdu de vue depuis plus de 25 ans. Mais, catastrophe, sa mémoire, bon Dieu, elle ne se rappelle plus son regard, la couleur de ses yeux lui échappe.  Elle claque la porte du cours de dessin et devient encore plus nostalgique.

Un peu plus tard, avec la complicité de Sylvie, se met en place un voyage à l'initiative de Juliette qui a tout compris pour retrouver "l'homme-perle" d'Alice.

Un très beau récit, une plume magnifique très fluide, remplie de tendresse nous entraîne dans ce périple. Le livre est émaillé des différents courriers ou petits mots laissés jadis par Diego et nous décrit à merveille la passion qui fut entre Diego et Alice.

Le personnage de Sylvie n'est pas anodin, elle s'embarque sans réfléchir à la recherche du bonheur passé d'Alice avec "ses aînés".  Son parcours est intéressant, interpellant et va lui faire prendre conscience de son chemin vers le bonheur.

Un récit qui nous dépeint avec humour et tendresse, l'approche de la vieillesse avec ses réalités, la maladie, la mort qui n'est plus très loin mais aussi le fait que tout est toujours permis. La vie avance certes mais tout est toujours possible, les projets sont présents et doivent être vécus.  Chacun peut encore surprendre l'autre,- n'est-ce pas Juliette?- l'amour peut toujours être au rendez-vous.

Un livre lumineux qui nous parle de l'approche de la vieillesse avec de l'espoir, de l'humour et de la tendresse.  Il faut continuer à vivre, à être heureux, se réaliser, s'assumer, être heureux , il n'est jamais trop tard.

Merci Luce Wilquin, ce livre est un cadeau.

Ma note 9/10

LES JOLIES PHRASES


Vieillards, ce mot la terrifiait. Mourir était un concept acceptable. Vieillir, impensable.  Mille pensées contradictoires l’avaient envahie.  

…St Germain-en-Laye est devenu son port d’attache, un sentiment tardif et apaisant.  Une bouée à laquelle se raccrocher quand la vie a des airs de naufrage.

Le futur, pour elle, ne peut être qu’une succession de parenthèses ensoleillées.

Une envie de le secouer, et de lui faire mal.  De lui hurler que rêver n’est pas un délit punissable comme le croit sa fille Sylvie, mais une manière comme une autre, sa manière, de survivre au quotidien.

Nos muscles fondent, nos cheveux tombent et notre mémoire s’épuise. Mais crois-moi, notre cœur ne prend pas une ride.

Vivre un jour à la fois.  Je n’ai rien trouvé de mieux pour supporter l’absence.

Un dimanche par an, ses proches lui rappellent que durant des décennies, sa vie n’a été qu’une succession de fabuleux métiers peu lucratifs ; puéricultrice, infirmière de nuit, psychologue, chauffeur de taxi, cuisinière, réparatrice de portes trop fortement claquées, de pantalons troués et de cœurs brisés.  Mère.

Ce n’est pas grave de tomber et d’avoir mal.  Fais-moi confiance, les regrets mettent plus de temps à cicatriser que les plaies.

Ecrire c’est sa façon de voyager.  Son antioxydant lui permettant, depuis des années, de s’inventer mille vies et de se couler dans la sienne avec la certitude que demain elle pourra être institutrice, femme d'affaires ou princesse en pantoufles de vair.

La Folie. Douce folie. Aimer à la folie.  Être folle, fol dingue, folle à lier.  Ce mot, elle l’apprécie de plus en plus, et Juliette se met à regretter d’avoir attendu tant d’années pour en comprendre pleinement le sens.

Lucie se sent un peu comme une superbe résidence secondaire sans jardin à la campagne. Jolie, mais inutile.  

Tu m’as appris à rêver ; mais c’est douloureux, les rêves qui ne prennent jamais vie.  

L’homme-bonbon.   
"Le premier se déguste comme une friandise, d'où son nom.  Une fois l'emballage ôté et le bonbon consommé, il ne reste pas grand-chose.  Du léger, du tendre, du doux, un arrière-goût, voire rien.  Ou si peu que la mémoire en garde un souvenir pastel et gentil, parfois même vaguement ennuyeux.  Vous comprenez ce que je veux dire par là?"

L’homme-perle  
"Qu'il soit père, mari, frère, amant, poursuit Gisèle, l'homme-perle laisse en nous une trace indélébile, et celle-ci nous habite pour toujours, au-delà de l'amour, du plaisir, des blessures ou de la tristesse.  De la mort aussi.  Peu importe que nous ayons eu mal à en crever, cet homme nous a fait grandir, a grandi en nous, avec nous.  Il devait croiser notre route. une évidence, un cadeau de la vie.  Le karma, diront certains.  Il nous a laissé une empreinte.  C'est important, l'empreinte.  vous comprenez ce que j'essaie d'expliquer, Lucie?"


Toi et moi nous le savons : un chagrin d’amour ne tue pas, même si on le souhaite de toute notre force.  La vie trouve toujours le chemin pour nous ramener à elle.

Centenaire, à quoi bon ?  Serais-je capable de vivre sans rêver ?  Et si c’était cela, le début de la vieillesse : accepter de ne plus rêver et attendre ?





5 commentaires:

Anne a dit…

Eh bien j'espère passer un bon moment aussi, il est dans ma PAL !

Mina a dit…

Une bien bonne note, méritée il est vrai. J'avais moi aussi beaucoup apprécié ce roman léger et malicieux, tout en restant nuancé.

argali a dit…

Un tel coup de cœur pour moi que je l'ai déjà offert deux fois à des amies. Un livre d'un optimisme qui fait du bien en cette période souvent morose.

somaja1 a dit…

Très joli billet Merci pour cette découverte : une auteure que je ne connais pas et un récit qui semble aborder un sujet délicat avec beaucoup de talent. Je note ! :)

Nathalie Vanhauwaert a dit…

Merci un très beau roman, heureuse de donner l'envie de le découvrir.