samedi 21 novembre 2015

Les années douces Taniguchi

Les années douces

Adaptation par Jiro TANIGUCHI




Casterman
25/08/2010
ISBN : 2203029757
200 pages
15 euros 

Pour le tome 2
26/01/2011
ISBN : 2203034262
232 pages
16 euros

J'avais adoré la version originale en roman d'Hiromi Kawakami

Les Années douces de KAWAKAMI Hiromi

mon avis se trouve ici :  Les années douces 

Le manga - Mon avis

J'avais lu il y a un certain temps le roman d'Hiromi Kawakami et cela m'a naturellement donné l'envie de découvrir l'adaptation faite par Jiro Taniguchi.  J'adore les atmosphères et les traits de ce mangaka.

Tsukiko Omachi est une jeune femme célibataire de 37 ans.  Elle va régulièrement manger dans la gargote de Saturo.  Elle y rencontre par hasard son ancien professeur de japonais, Harutsuna Matsumoto qu'elle surnommera Maître.  Il est veuf et retraité.  Ils aiment tous les deux manger et boire du saké.  Ils se retrouvent régulièrement au comptoir de Saturo, souvent assis côte à côte sans rien se dire.

Petit à petit, ces rencontres deviendront des rendez-vous.  On partira à la découverte d'un marché, à la cueillette de champignons, à la fête des cerisiers en fleurs, sur une île...

Ils s'apprivoiseront mutuellement, un lien se créera entre eux, petit à petit, lentement, c'est la magie de la littérature japonaise.

L'adaptation de Taniguchi respecte fidèlement le texte de Kawakami, tant au niveau des expressions et du vocabulaire.  Le manga apporte des mouvements, des paysages.  Il fixe les traits et les expressions de Tsukiko.  C'est la première fois qu'un personnage principal est une femme chez Taniguchi.

Ce manga montre quelque chose à la fois ressemblant et en même temps différent du roman a dit Kawakami.  Un très bon moment.


Ma note : 9.5/10

Les jolies phrases

Comme si je m'étais sentie plus authentique avec lui que sans lui.

Au fond, vivre, c'est causer du tort à quelqu'un.

Moi qui croyais que nous étions comme ces marmites fêlées qui trouvent quand même le couvercle qui leur convient.  Il faut croire que je n'étais pas le couvercle qu'il lui fallait.

Alors que nous étions proches, ou plutôt parce que nous étions proches, nous ne pouvions nous rejoindre...

Je me suis rappelée ... C'est parce qu'on le nourrit, qu'il grandit !  L'amour, c'est comme ça !
... si elle ne se trompait pas... il me suffirait de rester longtemps sans voir le maître pour faire faner mon amour pour lui !

5 commentaires:

jeaanjeaan1cacolac a dit…

Pourriez vous m'expliquer la signification des derniers chapitres avec les Tengus svp ?

Nathalie Vanhauwaert a dit…

Bonjour, roman lu en 2013, manga en 2015 , je suis désolée mais comme ça, je ne me souviens plus de tout.
Je viens de vérifier dans le manga, il s'agit de Dieux mineurs du folklore japonais vivant dans les montagnes. Des personnages imaginaires, la conscience peut-être ? Je devrais les relire

au plaisir Nath

jeaanjeaan1cacolac a dit…

N'hésitez pas à me redire alors ;)

Nathalie Vanhauwaert a dit…

oui, c'est peut-être le côté onirique du roman ☺ , la bonne ou mauvaise conscience ... je sais pas et vous quelle est votre interprétation ?? Je pense que chacun y voit ce qu'il veut voir. Je ne me souvenais pas de leur existence...

jeaanjeaan1cacolac a dit…

Ce que j'aime avec Taniguchi c'est toujours le fait qu'il y ait une morale que l'on doit trouver par nous même. Un peu comme les films de Kore-eda où c'est le lendemin qu'on se rend compte qu'on a adoré.
Mais là, et pourtant j'ai aimé les années douces, je ne comprend pas le chapitre des tengus.