mercredi 7 novembre 2018

Un monde à portée de main - Maylis de kerangal

Un monde à portée de main       

Maylis de Kerangal



Gallimard - Collection Verticales
Parution : 16/08/2018
Pages : 288
ISBN : 978-2-07-279052-2
PRIX / 20 €

Présentation de l'éditeur

«Paula s’avance lentement vers les plaques de marbre, pose sa paume à plat sur la paroi, mais au lieu du froid glacial de la pierre, c’est le grain de la peinture qu’elle éprouve. Elle s’approche tout près, regarde : c’est bien une image. Étonnée, elle se tourne vers les boiseries et recommence, recule puis avance, touche, comme si elle jouait à faire disparaître puis à faire revenir l’illusion initiale, progresse le long du mur, de plus en plus troublée tandis qu’elle passe les colonnes de pierre, les arches sculptées, les chapiteaux et les moulures, les stucs, atteint la fenêtre, prête à se pencher au-dehors, certaine qu’un autre monde se tient là, juste derrière, à portée de main, et partout son tâtonnement lui renvoie de la peinture. Une fois parvenue devant la mésange arrêtée sur sa branche, elle s’immobilise, allonge le bras dans l’aube rose, glisse ses doigts entre les plumes de l’oiseau, et tend l’oreille dans le feuillage.»


L'auteure nous en parle




Résultat de recherche d'images pour "match de la rentree rakuten"

Mon avis

#Un monde à portée de main #Maylis de Kerangal #MRL18 #Rakuten

Peut-être pas la bonne pioche pour moi, à l'occasion des  #MRL18 #Rakuten que je remercie.  Je me réjouissais vraiment à l'idée de retrouver la magnifique plume de Maylis de Kerangal.

J'avoue avoir eu des difficultés à rentrer dans cette lecture, le sujet m'intéresse pourtant mais je pense que les longues envolées lyriques décrivant de manière magistrale et somptueuse le monde de la peinture; ustensiles, tons, nuances, couleurs, matières .... n'ont pas réussi à me toucher.

Peut-être est-ce un peu trop documenté , un peu trop précis pour la non initiée que je suis.
Je l'ignore, la fatigue peut-être aussi mais ce fut un début laborieux.

Voici le sujet.  Paula Karst (son nom prendra tout son sens en cours de récit), Jonas et Kate sont amis.  Ils ont étudié ensemble d'octobre 2007 à mars 2008 à l'institut de peinture, rue du Métal à Bruxelles, le monde du trompe l'oeil, de l'illusion.

C'est principalement le parcours de Paula Karst que nous allons suivre.  Elle surprend ses parents en voulant s'inscrire dans cette voie, elle s'immergera corps et âme dans l'apprentissage de cet art.  On peut en effet parler d'un art car c'est une discipline exigeante demandant de s'investir complètement, c'est physique et mental à la fois.  Il faut véritablement s'imprégner du sujet, se fondre en lui pour pouvoir reproduire par exemple l'effet du bois, du marbre.  Il faut observer, rendre la patine, le poids du temps, les défauts..  Reproduire et non créer.

On suivra le parcours des étudiants avec leurs doutes, leurs joies mais aussi une grande solitude, il n'y a place pour rien d'autre que l'apprentissage et le travail.

Ensuite Paula travaillera commençant par de petits boulots, partant pour l'Italie, un travail pour une expo, chez un coiffeur puis de fil en aiguille à Portofino, restaurant tantôt une résidence, un hôtel particulier pour arriver à Cineccita, c'est le monde du cinéma, le haut lieu de l'illusion, de la tromperie, du factice..  Elle y découvrira d'autres techniques puis passera par Moscou avant en 2015 de participer au projet du fac similé de Lascaux 4, passage qui m'a vraiment réconciliée avec le roman.

L'écriture de Maylis de Kerangal est virtuose, elle manie la langue et les mots à merveille.  Un vocabulaire riche, des mots choisis, un travail très bien documenté.  Les phrases sont longues, parfois trop longues pour moi mais il en reste du moins une véritable performance.

L'art du trompe-l'oeil, l'approche de la création peut aussi je le pense être en parallèle, l'art de l'écriture, l'art d'avoir un monde à portée de main.


Ma note : 7/10

Les jolies phrases

Le trompe-l'oeil est la rencontre d'une peinture et d'un regard, il est conçu pour un point de vue particulier et se définit par l'effet qu'il est censé produire.

Elle s'aime d'avance en apprentie manches retroussées prête à en découdre, en artisane bûcheuse ayant choisi une voie modeste pour pénétrer au coeur de la peinture - apprendre le dessin, acquérir une parfaite connaissance des techniques et des produits, commencer par le commencement -; elle aime raconter qu'il faut en passer par là pour se placer ensuite devant une toile, un mur, n'importe quel support, et que ce qui importe arrivera plus tard, ailleurs, dans un autre monde, celui des artistes - et c'est là qu'elle se trompe, et de belle manière.

...l'idée que le trompe-l'oeil est bien autre chose qu'un exercice technique, bien autre chose qu'une simple expérience optique, c'est une aventure sensible qui vient agiter la pensée, interroger la nature et l'illusion, et peut-être même - c'est le credo de l'école - l'essence de la peinture.

Je croyais que je voulais être peintre.  Paula sursaute ; je veux peindre, c'est tout!

Il y a des formes d'absences aussi intenses que des présences, c'est ce qu'elle a éprouvé en pressant son front sur le grillage, tendue vers ce monde qui s'ouvrait là, occulte, à moins de dix mètres, une grotte où l'on avait situé rien de moins que la naissance de l'art.

Paula s'est demandé si les peintures continuaient d'exister quand il n'y avait plus personne pour les regarder.

Du même auteur j'ai lu

Cliquez sur la couverture pour aller vers l'article







Résultat de recherche d'images pour "match de la rentrée littéraire priceminister 2018"






4 commentaires:

Sophie Herisson a dit…

Un titre que j'ai noté, mais déjà bien réservé à ma bibli pour le moment :)

eimelle a dit…

je fais partie de ceux qui ont beaucoup aimé!

Itzamna a dit…

Dommage. De mon côté, j'ai adoré cette lecture. J'ai découvert un univers chaleureux, sensuel, poétique, vif… Un coup de cœur.

Nathalie Vanhauwaert a dit…

Un titre à découvrir car l'écriture est juste ♥, j'ai vraiment patiné au début mais j'ai apprécié et suis contente de l'avoir lu. Peut-être pas le bon moment ou pas assez initiée à la peinture.