dimanche 24 mai 2015

Jules Didier van Cauwelaert ♥♥♥♥

Jules

Didier van Cauwelaert



Albin Michel
mai 2015
288 pages
EAN13 : 9782226314833
Prix : 19.50 €



Quatrième de couverture



« À trente ans, Alice recouvre la vue. Pour Jules, son chien guide, c’est une catastrophe. Et en plus on les sépare. Alors, il se raccroche à moi. En moins de vingt-quatre heures, ce labrador en déroute me fait perdre mon emploi, mon logement, tous mes repères. Il ne me reste plus qu’une obsession – la sienne : retrouver la jeune femme qui nous a brisé le cœur. »



Entre une miraculée de la chirurgie et un vendeur de macarons, une histoire de renaissance mutuelle et de passion volcanique orchestrée, avec l’énergie du désespoir, par le plus roublard des chiens d’aveugle.


Mon avis

Zibal est à l'origine de l' invention d'un système de dépollution qui suite à des déboires sentimentaux est aujourd'hui vendeur de macarons chez Ladurée à l'aéroport d'Orly.  C'est là qu'il va croiser la route d'Alice Gallien -non voyante - et de son chien guide, Jules - un magnifique labrador.

Elle doit prendre l'avion pour l'opération qui lui rendra la vue.  Zibal est ébloui par Alice et totalement sous le charme.  Lorsqu'il entend que l'on veut mettre Jules dans la soute à bagages de l'avion, n'écoutant que son grand coeur, il interviendra et se révoltera pour que l'on ne sépare pas Alice de son guide.

Alice recouvrera la vue.  Jules, se sentant inutile, deviendra dépressif.  Il sera confié à un autre maître, un vieux colonel grincheux.  Pour sortir de sa déprime, Jules s'échappera et arrivera telle une tornade retrouver  Zibal qui avait pris sa défense, anéantissant sur son passage le stand Ladurée.

Dans la même journée, Zibal se retrouvera sans emploi, sans logement, sans autre but dans sa vie que celui de retrouver Alice et de lui rendre son chien.

Cela commence fort, je ne vous en dis pas plus.  Un roman de Didier van Cauwelaert, mon auteur favori comme je les aime.  Une comédie romantique, un triangle amoureux mais c'est bien plus que cela, comme à chaque fois un récit un peu fantastique, surréaliste par moment.

Un roman où je me suis interrogée, documentée, si si je vous assure, mais aussi un livre qui m'a fait sourire, rire et qui m'a aussi émue.

C'est en effet un véritable document sur les chiens guides, leur éducation, leur sixième sens, leur faculté d'anticiper les besoins de l'être humain, d'être en symbiose parfaite avec lui.  On sent ici la passion de l'auteur pour le meilleur ami de l'Homme et tout ce qu'il peut faire pour lui.

Au delà de la romance, des idées intéressantes aussi dans le développement de la science et de l'écologie, lorsqu'il nous parle de bactéries vivantes dans les yaourts, de dépollution du lisier de porc, de plantes à traire et autres avancées médicales, c'est au départ de faits réels.

Un roman qui se lit en quelques heures. Si vous lisez peu, un chouette bouquin à emporter avec vous en vacances.  Je suis irrémédiablement fan de cette plume et j'ai passé un super bon moment de détente. Une écriture que je retrouve toujours avec énormément de plaisir.

Ma note : 9/10

Un très bon choix de lecture commune avec ma binôme Julie , Les petites lectures de Scarlett.

Voici son avis.











Les jolies phrases

Détesté les apparences, le décor, les choix de ma vie. Détesté les vêtements voyants, les tons criards de mon appartement, et surtout la froideur tourmentée de mes tableaux.  Toutes ces harmonies illusoires que j'avais composées au toucher, à la chaleur des couleurs.  Chaque teinte dégage une intensité thermique particulière, une longueur d'onde que j'avais cru capter, dominer, orchestrer.  Résultat : j'avais vécu plus de dix ans dans une erreur de jugement donnant une fausse idée de moi.  Je pensais transmettre la gaieté combative qui éclairait ma nuit; je n'avais fait que diffuser de la provocation stérile et des visions du monde désaccordées, heurtées, flippantes.

Comment avouer à la personne qui tente par amour de me faire exister comme artiste que l'art n'était pour moi qu'un langage de substitution ?

Je ne crois pas en Dieu.  Je pense que l'homme est mauvais, qu'il n'a créé que le diable.

Tout a un sens, pour peu qu'on ait un but.  Le hasard sourit aux gens préparés, comme dit le proverbe arabe.

La seule manière dont Fred se protège, c'est en faisant une démonstration de force dès qu'elle a un faible pour quelqu'un.

Alice m'avait donné des ailes, et je ne les replierais plus, même si elle me laissait voler seul.  On avait du chemin à faire, elle comme moi, avant de revenir l'un vers l'autre si l'état de manque prolongeait la fusion.

Si vraiment mon chien s'est cru abandonné, le seul moyen de l'aider à créer une nouvelle relation d'assistance avec un tiers, c'est de lui montrer que je l'aime toujours, que tout va bien, que je l'autorise à se consacrer à un autre.

La ville est peuplée d'autistes qui parlent tout seuls sans se regarder.  Narcisses twitters épuisés par le stress qui les propulse, ils sont devenus hybrides comme leurs voitures.  Les inconvénients cumulés de l'émission polluante et des batteries qui se déchargent.

Moi qui m'étais toujours laissé porter par les événements, réservant mon énergie à mes passions, mes inventions et mes lectures, je venais de prendre ma première vraie décision qui engageait mon destin.  Et c'était de suivre un chien.

Un chien d'aveugle n'est pas qu'une machine à guider.  Une machine qui grippe lorsqu'elle ne guide plus. Haussmann a oublié de prendre en compte l'amour, les câlins, le rituel des glaces, les jeux - tous les codes qui ne relèvent pas du dressage mais de la vie commune.



1 commentaire:

scarlett21 a dit…

Nous avons encore une fois eu une belle LC !!! J'en suis heureuse !
Un beau roman !!!