dimanche 24 février 2013

Le voyage d'hiver Amélie Nothomb **

Le voyage d'hiver    Amélie Nothomb


Couverture du livre Le voyage d'hiverL

RÉSUMÉ

Il n'y a pas d'échec amoureux. A. N.
Zoïle est tombé éperdument amoureux de la douce Astrolabe, mais la jeune femme consacre tout son temps à Aliénor, une romancière géniale quoique légèrement attardée. Par dépit, il décide de détourner un avion et de l’envoyer percuter la tour Eiffel. A moins que…
Tout est possible. Et, dans ce possible, on se laisse volontiers guider par une Amélie défoncée qui, jonglant avec ses figurines de lanterne magique, s’envoie joyeusement en l’air… Jean-Paul Enthoven, Le Point.
Le Voyage d’hiver, titre emprunté à Schubert, […] est une fantaisie originale dont l’étrange saveur ne se dissipe pas de sitôt. Delphine Peras, Lire.
Lumineux démiurge, Amélie Nothomb apporte un peu de légèreté dans un monde d’une terrifiante gravité. Son nouveau roman est épatant ! François Busnel, L’Express.



critique

Je suis en général fan d'Amélie Nothomb, j'adore son univers un peu fantastique et déjanté, son style. Mais là, j'avoue être passé tout à fait à côté de celui-ci.

Cela commençait pourtant bien, Zoïle (personnage masculin) tombe amoureux de la douce Astrolabe. Astrolabe partage sa vie au service d'Aliénor (une auteur de génie) ayant la particularité d'être une "autiste douce", un peu "neuneu" et tout à fait dépendante d'Astrolabe. Elle a besoin d'elle pour tout, pour manger, pour écrire, pour TOUT. 
Difficile dans ce contexte de vivre une histoire d'amour.....  
Tout ceci se passe dans un climat glacial, ce qui ajoute un peu de piquant (oui c'est facile) à cette histoire loufoque...

Cet amour impossible entraînera Zoïle dans un projet complètement fou, par amour pour Astrolable il a décidé de devenir Kamikaze et de faire exploser la tour Eiffel, il écrit ses mémoires avant son exploit.

Mis à part le passage des champignons hallucinogènes qui nous entraînera dans un trip psychédélique, écrit avec une plume que l'on reconnaît bien à Amélie, ce roman très bien écrit,et très court (heureusement) ne m'a pas vraiment convaincu.  Ce sera pour une prochaine fois.



Quelques phrases

On ne détourne pas un avion pour le plaisir, mais pour occuper la une.  Supprimez les médias et tous les terroristes se retrouveront au chômage.

Tout lecteur devrait recopier les textes qu'il aime : rien de tel pour comprendre en quoi ils sont admirables.  La lecture trop rapide ne permet pas de découvrir ce que cache cette simplicité.

Recopier c'est activer le pouvoir des mots. Une partition émeut davantage quand on la joue que quand on la lit.

1 commentaire:

argali a dit…

Ouvrir ton blog pour la première fois et tomber sur Amélie Nothomb que j'adore, voilà un signe.
Un de plus, comme toi, ce roman-là m'a laissée indifférente. Je ne suis pas entrée dedans. Une déception.
Je continue mon voyage...