dimanche 17 janvier 2021

Le château des animaux T 2 Les marguerites de l'hiver Delep - Dorison

Le château des animaux  

Tome 2  Les marguerites de l'hiver        Delep/Dorison




Casterman
Parution : 04/11/2020
Pages : 56
Scénario : Xavier Dorison
Dessin : Félix Delep
Isbn : 9782203172500
Prix : 14.95 €


Présentation de l'éditeur


La résistance par la non-violence



L'hiver a gagné le château. Le climat est rude pour ses habitants, d’autant que le Président Silvio continue de faire régner la terreur… Mais Miss B et ses amis, le lapin César et le rat Azélar, n’ont pas dit leur dernier mot.
Baptisé « les Marguerites », leur mouvement, continue les outrances au taureau dictateur, refusant le port de collier à grelots et exigeant la gratuité du bois pour tous les animaux. Pour être mieux entendus, ces courageux compagnons bravent le froid chaque nuit pour faire un sit-in sous les fenêtres de Silvio. Mais pour Miss B, vaincre la dictature ne peut se faire qu’en évitant le plus redoutable des pièges : la tentation de la violence. Parviendra t-elle à convaincre ses amis de résister pacifiquement ? Le défi semble bien difficile…

Mon avis

Azélar, le rat voyageur prônant la lutte sans violence a été recueilli par Miss B et César Lapin.

Ces deux personnages discrets et insignifiants vont devenir les instigateurs d'une révolution silencieuse.

L'hiver s'est installé, en plus du travail normal, il y a l'heure blanche qui est imposée,  destinée à récolter du bois .  Le souci est que les animaux doivent payer le bois qu'il ramasse pour se chauffer et c'est la goutte d'eau qui va faire réagir les animaux sans violence.

Ils vont résister à la colère, à la haine et au désir de vengeance.  C'est cela le plus difficile  pour ne pas subir encore plus de tyrannie et cruauté de la part de Silvio le président et sa clique canine.

Le dessin est extraordinaire.  Je me délecte et attends la suite avec impatience.

Les jolies phrases

La démence de la foule est plus à craindre que la foule du despote, car moins maitrisable, ce que nous devons craindre plus que tout, ce n'est pas la violence de Silvio ou de la milice des chiens, mais la nôtre..

Si c'est le crime ou la violence qui rassemblent les animaux, alors vous risquez le pire..

Résister à la colère, à la haine, au désir brûlant de se venger, rien n'est plus difficile. 

Ce n'est pas en semant du sang et des larmes que nous récolterons la liberté ou la paix ...  prête à mourir pour la cause mais pas à tuer.

Dans la même série j'ai lu :

Cliquez sur la couverture pour avoir accès à l'article
















Aucun commentaire: